Le cunnilingus représente un risque faible de transmission du VIH. © Piotr Marcinski, Shutterstock

Santé

Cunnilingus et Sida : y-a-t-il un risque ?

Question/RéponseClassé sous :Sexualité , Cunnilingus , SIDA

Le risque de transmission du VIH par un cunnilingus est très faible. Pour se protéger du Sida, il est possible d'utiliser une digue dentaire ou un morceau de latex découpé dans un préservatif.

De manière générale, le risque de transmission du Sida par le sexe oral (cunnilingus ou fellation) est moins élevé que par la pénétration, anale ou vaginale. Le VIH ne se transmet pas par la salive mais par les sécrétions biologiques (sperme, sécrétions vaginales, sang...). Le sexe oral peut toutefois favoriser la transmission d'autres IST (chlamydia, gonorrhée, syphilis, herpès génital...).

Par ailleurs, la bouche n'est pas un milieu favorable à la transmission du Sida car la muqueuse buccale représente une barrière : elle n'est pas aussi fragile que celle du vagin ou de l'anus. Cependant, une blessure à la bouche, comme un herpès ou une gingivite, augmente le risque d'entrée du virus par la muqueuse buccale.

Se protéger des IST et du VIH pendant un cunnilingus

Pour empêcher la transmission du virus, il est conseillé d'utiliser une digue dentaire (carré de latex initialement utilisé par les dentistes), qui empêchera aussi la transmission des IST. Un préservatif découpé peut remplacer une digue dentaire.

Pour réduire le risque de transmission du VIH, il faut :

  • éviter le contact avec les sécrétions vaginales ;
  • se rincer la bouche après le sexe oral ;
  • se faire dépister et traiter pour le VIH : les traitements des personnes séropositives réduisent la charge virale présente dans les sécrétions, et donc le risque de transmission du VIH.
Cela vous intéressera aussi

Insolite : les muscles de la bouche filmés par IRM  Une comédienne se plie au défi qui lui est proposé : manger une glace. Contrairement à ce que le spectateur pourrait croire, il ne va pas uniquement profiter de la délectation de la jeune femme mais aussi de l’activité de ses muscles vus sous IRM. Découvrez en vidéo ce surprenant spectacle.