Le syndrome du canal carpien est un des principaux TMS en France. © pathdoc, Fotolia

Santé

Maladies professionnelles : quels facteurs favorisent les troubles musculo-squelettiques ?

Question/RéponseClassé sous :médecine , troubles musculo-squelettiques , TMS

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont les principales maladies professionnelles reconnues en France. Elles représentent un coût pour la société et les entreprises et ont un impact sur la qualité de vie des salariés.

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) incluent des pathologies qui touchent les muscles, les tendons et les articulations comme les tendinites, les lombalgies ou les troubles du canal carpien. En 2012, sur 56.000 cas de maladies professionnelles reconnues par l'assurance maladie, plus de 48.000 étaient des TMS. C'est pourquoi il est important de connaître les facteurs favorisants, afin de les prévenir. Certains salariés sont prédisposés en raison de problèmes de santé préexistants (fractures du poignet par exemple), mais la plupart des facteurs favorisant les TMS sont liés à l'activité professionnelle.

Gestes répétitifs, charges lourdes et mauvaises postures

Un des principaux facteurs de risques des TMS est la sollicitation mécanique de l'organisme : des mouvements répétitifs, des efforts importants (port de charges lourdes), des gestes précis et fins de la main, des postures inconfortables (les bras en hauteur...)... Ainsi, pour le syndrome du canal carpien, sont en cause les flexions/extensions répétées du poignet, mais aussi le fait de prendre des objets du bout des doigts, avec la main en pince (par exemple pour assembler des pièces).

D'autres facteurs peuvent favoriser les TMS, comme les risques psychosociaux. En effet, le stress, lié à une charge excessive de travail, une pression au quotidien, le manque de reconnaissance, peut amplifier les symptômes des TMS (douleur, tensions musculaires accrues...). De plus, une mauvaise organisation du travail, le manque de pauses, peut jouer un rôle.

L'arbre antidouleur d'Afrique  Le neurobiologiste Michel de Waard raconte comment avec son équipe ils ont découvert qu'une plante médicinale, le pêcher africain, contenait de fortes doses de tramadol, un antidouleur de synthèse sur le marché depuis 40 ans. © Inserm