Les odeurs de votre peau influencent les moustiques. © sarawuth123, Fotolia

Santé

Piqûres de moustique : par quoi sont-ils attirés ?

Question/RéponseClassé sous :Corps humain , moustique , piqûre

Lorsque les moustiques attaquent, nous ne sommes pas tous égaux face à leur menace : certains se font plus souvent piquer que d'autres. Mais quels sont les facteurs qui influencent les choix des moustiques ?

Chez le moustique, c'est la femelle qui pique. Mais pourquoi se dirige-t-elle vers certaines peaux plutôt que d'autres ? Différentes études se sont intéressées aux paramètres qui rendent une peau plus attractive.

Ainsi, un article paru en 2015 dans Plos One a étudié l'importance des odeurs corporelles, à savoir les molécules volatiles émises par le corps humain que les moustiques pouvaient détecter. Les odeurs corporelles sont liées à la génétique de l'individu. Les chercheurs ont comparé l'attractivité de la peau de jumeaux, monozygotes ou hétérozygotes, et montré que les odeurs corporelles (et donc la génétique) pouvaient expliquer les choix des moustiques. Comme l'odeur joue un rôle, il est possible d'influencer les moustiques avec des déodorants : ainsi, un article paru dans Scientific reports montrait que le déodorant pouvait repousser les moustiques.

Bière et grossesse attirent plus les moustiques

Une étude japonaise de 2002 a montré que la consommation d'alcool, et en particulier de bière, a tendance à attirer les moustiques. Les chercheurs ont montré que les moustiques préféraient les peaux des personnes qui avaient bu 350 mL de bière.

Les femmes enceintes attireraient également plus les moustiques, ce qui fait qu'elles sont particulièrement exposées à des parasites comme le paludisme transmis par les moustiques.

Le moustique, le tueur le plus dangereux du monde  Ce reportage de Discovery Channel, Mosquito, la menace du siècle, nous met devant les yeux une des pires causes de mortalité dans le monde, le paludisme, qui touche plus de 200 millions de Terriens. Mosquito, c'est le moustique. Plus précisément l'anophèle. Pour tout savoir de ce fléau, que l'on sait combattre mais pas détruire, regardez le reportage complet, diffusé début juillet et disponible en replay sur les bouquets SFR.