La protéine p53 fait l’objet de nombreuses recherches visant à mettre au point de nouveaux traitements contre le cancer. © science photo, Shutterstock

Santé

Cancer : quel rôle la protéine p53 joue-t-elle ?

Question/RéponseClassé sous :cancer , p53 , protéine

La protéine p53 est un anti-oncogène qui est muté dans environ la moitié des cancers. C'est pourquoi cette molécule fait l'objet de nombreuses recherches, notamment en quête d'un nouveau médicament contre le cancer.

La protéine p53 a été découverte en 1979. Au départ, elle était considérée comme oncogène, mais plus tard les chercheurs ont compris qu'elle se lie à l'ADN et favorise l'expression de gènes qui doivent réparer les dommages cellulaires : p53 est donc un facteur de transcription, suppresseur de tumeur, qui sonne l'alarme lorsque de l'ADN est endommagé, empêchant la cellule de se transformer en cellule cancéreuse, voire induisant la mort cellulaire (l'apoptose).

La protéine est connue pour interagir avec des dizaines de gènes et pour exercer un contrôle sur le cycle cellulaire. Les mutations de p53 ont tendance à se trouver là où la protéine se lie à l'ADN. Lorsque p53 est mutée, il existe un risque que la cellule se transforme en cellule cancéreuse. De telles mutations sont retrouvées dans plus de 50 % des cancers.

Cible thérapeutique, p53 fait l’objet de recherches intenses

Un article paru dans Sciencemag en octobre 2016 décrit les recherches menées sur p53. Les médicaments en cours de développement visent à augmenter les quantités de p53 « saine ». Mais p53 est impliquée dans tant de processus cellulaires que le fait de la multiplier peut avoir des effets secondaires.

En 1998, des chercheurs ont trouvé deux composés qui restauraient la capacité de protéines p53 mutantes à tuer des cellules cancéreuses : MIRA-1, qui était toxique chez la souris, et PRIMA-1. Une version de ce composé, APR-246, commercialisée par la start-up Aprea AB, fait l'objet d'essais cliniques.

Comme la protéine MDM2 détruit les protéines p53, une approche thérapeutique consiste aussi à empêcher MDM2 de réduire les niveaux de p53.

Interview : le tabac responsable d’au moins 17 types de cancers  Il est avéré que fumer augmente les risques de développer un cancer du poumon, mais pas seulement. Le tabac est à l’origine d’au moins seize autres cancers. Futura-Sciences a rencontré Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et chercheur pionnier dans la détection du cancer du poumon, pour en savoir plus sur les risques encourus par les fumeurs.