Santé

1600 avant J.C. : le papyrus chirurgical Edwin Smith

Dossier - Les plus grandes découvertes en médecine
DossierClassé sous :médecine , Le beau livre de la médecine , Dunod

-

De la trépanation au génome humain, l'histoire de la médecine regorge d'idées et de découvreurs importants. Clifford A. Pickover nous propose sa sélection de 250 moments clés de cette discipline. Plongez à la découverte des virus, de la chirurgie ou encore des débuts de la chimiothérapie.

  
DossiersLes plus grandes découvertes en médecine
 

Le papyrus chirurgical Edwin Smith est le document chirurgical le plus ancien au monde. Il fait partie d'un ancien document égyptien écrit aux environs de 1600 avant J.-C. en caractères hiératiques, forme cursive d'écriture de l'ancienne Égypte.

Le papyrus Edwin Smith inclut des éléments antérieurs de plus de 1.000 ans. Son texte expose les méthodes pour fermer les blessures par des sutures et l'utilisation du miel pour prévenir les infections. Il contient également la première description connue des sutures crâniennes (bandes de tissus fibreux soudant les os du crâne), la surface du cerveau et le liquide cérébrospinal. Imhotep, sans doute le premier médecin dans l'histoire connu par son nom, est souvent considéré comme l'auteur du papyrus, mais celui-ci n'a vraisemblablement pas été rédigé par une seule personne. Edwin Smith, un collectionneur d'antiquités américain, acheta le manuscrit en Égypte en 1862, mais le manuscrit ne fut pas entièrement traduit avant 1930. Le papyrus chirurgical Edwin Smith diffère du papyrus Ebers (un autre célèbre écrit égyptien d'environ 1550 avant J.-C., acheté par l'égyptologue allemand Georg Ebers en 1873), qui, lui, est davantage peuplé de magie et de superstitions, comme des incantations pour repousser les démons des maladies.

Fragment du papyrus chirurgical Edwin Smith traitant des traumatismes de la face. © Dunod

Sur les 48 cas décrits dans le papyrus chirurgical Edwin Smith, 27 concernent les traumatismes de la tête (blessures profondes du cuir chevelu et fractures) et six se rapportent à des traumatismes vertébraux. Le manuscrit répète souvent cette note : « une affection à ne pas traiter », signifiant que son pronostic était sans espoir. Le cas 25 rapporte par exemple le traitement « de la luxation de la mandibule[maxillaire inférieur, NDLR],... bouche ouverte, qui ne peut être fermée ; posez vos pouces sur les extrémités des deux [branches montantes] de la mandibule à l'intérieur de la bouche et vos doigts sous son menton, et faites tomber en arrière pour remettre en place ». On ne fait pas mieux aujourd'hui.