Santé

La mémoire à court terme

Dossier - La mémoire humaine au fil de l'histoire
DossierClassé sous :médecine , cerveau , mémoire

-

La connaissance de la mémoire humaine s’est forgée depuis l’Antiquité, des origines mythiques aux zones du cerveau et aux neurones aujourd’hui. Revivez la découverte des différentes formes de mémoire et leur représentation au fil des siècles et des disciplines.

  
DossiersLa mémoire humaine au fil de l'histoire
 

Durant la seconde guerre mondiale, de nouvelles techniques issues de l'électronique ont connu un développement accéléré. Ainsi, le premier calculateur électronique inventé par Alan Turing faisait partie d'un plan de Churchill pour décoder les messages de la machine de cryptage allemande Enigma. De là est née la distinction entre mémoire à court terme et mémoire à long terme.

Les ingénieurs Shannon et Weaver fondent la théorie de l'information : Norbert Wiener (1948) crée la cybernétique. Parmi tous ces systèmes, les ordinateurs ont connu un développement inimaginable, révolutionnant notre mode de vie : ordinateur au travail et à la maison, téléphones androïdes, jeux vidéo, etc. Dans les laboratoires où se côtoient ingénieurs et chercheurs en psychologie va naître l'idée que le cerveau est lui aussi une sorte d'ordinateur, ce dernier étant appelé « cerveau électronique ».

C'est ainsi que Norbert Wiener, le fondateur de la cybernétique, est le premier à avoir fait l'hypothèse d'une mémoire à court terme différente d'une mémoire à long terme« Cette information est stockée sous une forme physique. [...] Mais une part l'est sous la forme de mémoires circulantes, avec un support physique qui s'évanouit lorsque la machine est éteinte... et une autre partie sous la forme de mémoires à long terme... » (Wiener, 1948).

C’est de la comparaison entre l’ordinateur et le cerveau que l’idée d’une « mémoire à court terme » est née. © Ircfree, CC0, DP

L'oubli à court terme

Ce n'est que dix ans plus tard que cette hypothèse sera confirmée. L'Anglais Brown en 1958 et les Américains Margaret et Lloyd Peterson en 1959 ont démontré pour la première fois que des informations simples (lettres, mots) sont oubliées en moins de 20 secondes. Les chercheurs avaient donc montré l'existence d'un oubli « à court terme ». Bien vite, cet oubli sera attribué à une mémoire spéciale de courte durée, la mémoire à court terme. Dans la longue histoire de la mémoire, aucun philosophe n'a eu l'intuition d'une mémoire à court terme ; sans doute parce que l'on était incapable de mesurer des temps si courts !

Dans la vie courante, l'oubli à court terme se manifeste fréquemment : nous oublions un numéro de téléphone que nous venons de lire si quelqu'un nous parle, nous oublions une idée dans une conversation lorsque quelqu'un d'autre prend la parole, etc. Cet oubli à court terme, qui crée l'angoisse d'avoir une maladie de la mémoire, est au contraire tout à fait normal.