Santé

Nous sommes faits de ce que nous mangeons

Dossier - Maladies : le rôle de l'alimentation
DossierClassé sous :médecine , rhumatisme , arthrose

L’augmentation de fréquence de beaucoup de maladies est provoquée par les variations néfastes des facteurs environnementaux. L’alimentation est la première variable environnementale. L’alimentation industrialisée qui a permis de nourrir en quantité suffisante l’Occident, a poussé ses habitants à la « surconsommation » et à fermer les yeux sur la qualité de ce qu’ils ingurgitent.

  
DossiersMaladies : le rôle de l'alimentation
 

La qualité des molécules qui nous constituent (les protéines de structures) et les molécules (glucides et lipides) qui nous font fonctionner est garante de la qualité (notre santé) de l'ensemble de notre organisme vivant.

Assiette végétarienne. © Greekfood Tamystika, DP

La solidité d'une construction est directement liée à la solidité et à la qualité de chacun des éléments de la construction.

L'alimentation, notre moteur

On peut utiliser une comparaison qui fonctionne généralement bien : un constructeur de voitures construit un moteur pour utiliser du carburant sans plomb. Il conseille cet hydrocarbure pour le moteur. Si l'utilisateur utilise du carburant avec du plomb, le véhicule va fonctionner un certain temps, mais tôt ou tard... il y aura un problème d'encrassage et les performances de combustion du moteur à explosion seront très amoindries, au grand dam du mauvais utilisateur.

Il est important de faire attention à ce que l'on mange. © MCB Creative Commons Attribution 3.0 Unported license

L'alimentation est comme le carburant du moteur. Les molécules alimentaires sont lentement élaborées par la nature. Les plantes et les animaux fabriquent les glucides, les lipides, les protéines, que nous ne savons pas toutes fabriquer.

Dessin satirique sur l'évolution de l'Homme. © DR

Les apprentis sorciers de l'alimentation

Si nous rajoutons à ces éléments naturels des structures chimiques inventées par notre prétention à faire mieux que des millions d'années d'évolution (aspartame, etc.), ou notre présomption à aider la fonction digestive en « cuisant les molécules » à haute température ; si nous rajoutons des colorants pour « faire plus joli » dans notre assiette... Nous jouons aux apprentis sorciers... Ne nous étonnons point de tomber malade !

Variation autour du thème du Radeau de la Méduse, dénonçant la « malbouffe ». © Les Malassis, 1975

Variation sur le Radeau de la Méduse : des naufragés, mal en point, sur de la viande trop grasse, dans un océan de frites... (d'après une idée des Malassis, qui avait décoré un centre commercial en 1975 (!) avec ce thème).