Santé

Maladies et alimentation : la surconsommation alimentaire

Dossier - Maladies : le rôle de l'alimentation
DossierClassé sous :médecine , rhumatisme , arthrose

L’augmentation de fréquence de beaucoup de maladies est provoquée par les variations néfastes des facteurs environnementaux. L’alimentation est la première variable environnementale. L’alimentation industrialisée qui a permis de nourrir en quantité suffisante l’Occident, a poussé ses habitants à la « surconsommation » et à fermer les yeux sur la qualité de ce qu’ils ingurgitent.

  
DossiersMaladies : le rôle de l'alimentation
 

L'alimentation est aujourd'hui à la fois source de plaisir et d'inquiétude. Les messages de santé publique se multiplient pour faire prendre conscience à la population du risque qu'elle représente si elle n'est pas bien gérée. Qu'en est-il de son rapport aux maladies ?

L'alimentation joue un rôle dans l'apparition et la multiplication des maladies. © TheAngryTeddy, DP

Les nouvelles « épidémies »

L' « épidémiologie » est l'étude historique des épidémies de maladies infectieuses et leur développement à travers les populations humaines mondiales.  

Ce terme a changé légèrement de sens. Aujourd'hui, cette science est devenue l'étude des fréquences et de la variation des maladies dans une population humaine donnée. Ainsi on peut parler d' « épidémie d'obésité », ou d' « épidémie d'ostéoporose » qui atteint l'Occident. Les fréquences croissantes des diabètes, des maladies cardiovasculaires et des cancers inquiètent les épidémiologues, à juste titre.

On n'ose pas parler officiellement d' « épidémie » en ce qui concerne ces maladies, mais cette idée est dans toutes les têtes des chercheurs, comme ce qui concerne la maladie d’Alzheimer.

L'alimentation : première variable environnementale

L'augmentation de fréquence de beaucoup de nombreuses maladies est provoquée par les variations néfastes des facteurs environnementaux.

L'alimentation est la première variable environnementale. L'alimentation industrialisée qui a permis de nourrir en quantité suffisante l'Occident, a poussé ses habitants à la « surconsommation » alimentaire, en leur faisant oublier la qualité de ce qu'ils ingurgitent.

Résultat : on mange en trop grande quantité et on ne mange pas de façon adaptée. Et les conséquences se font ressentir physiquement.