Santé

Hernie discale : un disque intervertébral en cause

Dossier - Le mal de dos à la loupe
DossierClassé sous :médecine , dos , colonne vertébrale

-

Le mal de dos peut venir de déformations de la colonne vertébrale, d'os usés, d'un nerf pincé… Le point sur les différentes maladies du dos et conseils pour s’en prémunir.

  
DossiersLe mal de dos à la loupe
 

La hernie discale est la cause numéro 1 des douleurs sciatiques. Au total, on estime qu'elle est responsable de 2 % des maux de dos. Ce sont les disques intervertébraux qui sont en cause.

Hernie discale. © Lightspring - Shutterstock
Les étapes de la hernie discale : le disque intervertébral est usé et laisse passer le liquide qui s'y trouve. © SMA

Déclenchement de la hernie discale

Il arrive que, pour diverses raisons, le disque intervertébral s'use ou se fissure. Le liquide qui se trouve à l'intérieur va alors sortir de l'espace qui lui est attribué et, parfois, il appuyer sur le nerf : c'est la douleur assurée. Le plus souvent, ce sont les disques placés entre les vertèbres L4 et L5 ou L5 et S1 qui sont touchés. Il faut dire que la zone des vertèbres lombosacrées est particulièrement sollicitée au moindre effort. Autre zone à risque, celle des cervicales. Le principe est le même : la saille d'un disque intervertébral finit par appuyer sur un nerf, provoquant divers symptômes douloureux, cette fois au niveau du cou, des épaules et parfois des membres supérieurs. 

La douleur n'est pas systématique : tout dépend de la façon dont le nucléus, la substance gélatineuse située à l'intérieur du disque, s'est répandu au niveau de la vertèbre. S'il est allé se loger du côté de la moelle épinière alors, oui, il risque de comprimer le nerf et le patient aura mal. Si, au contraire, le nucléus se répand sur les côtés, ou vers l'extérieur, la hernie peut tout à fait passer inaperçue.

Les causes de la hernie discale

Les causes de la hernie discale sont plurielles.

  • Elle peut être provoquée par un choc ou une violente torsion. Typiquement : soulever une charge lourde et opérer un mouvement de torsion du tronc risque fort de créer des ennuis.
  • Surpoids et grossesse constituent également des facteurs de risque car l'équilibre de la colonne vertébrale se trouve perturbé et l'appui sur les disques intervertébraux devient trop important.
  • Il semble que l'hérédité ait également un rôle à jouer. On a remarqué que les personnes dont plusieurs membres de la famille avaient souffert de hernie discale en étaient elles aussi plus souvent victimes que la moyenne. Comme pour nombre de maladies, il ne s agit ici que d'une prédisposition : cela ne signifie pas que si un père ou un frère est atteint, on sera forcement victime de hernie discale, loin de là.
  • Le vieillissement, tout simplement, entraîne une usure des disques intervertébraux, qui peuvent donc se fissurer plus rapidement et laisser s'échapper le liquide qui se trouve à l'intérieur.
  • Sans que cela constitue une cause en soi, les personnes de grande taille ou dont la musculature n'est pas suffisamment forte ont un risque accru de souffrir un jour de hernie discale.

Bon à savoir : la hernie discale n'est pas toujours synonyme de sciatique : elle peut également se traduire par un simple mal de dos. Parfois les douleurs sont essentiellement musculaires. Lorsqu'il s'agit d'une hernie cervicale, la victime ressent généralement une sorte de raideur dans le cou, qui peut s'étendre jusque dans les épaules voire les bras (fourmillements), le tout souvent accompagné de douleurs intenses. Dans d'autres cas, la hernie passe complètement inaperçue, ne provoquant aucun symptôme.

Contrairement à une idée reçue, la hernie discale n'est pas l'apanage des personnes âgées. Les hommes de 35 à 50 ans sont les plus touchés, probablement parce que ce sont eux qui effectuent le plus de travaux et de sports à risque pour la colonne vertébrale. L'affection est relativement courante puisqu'on estime que 2 % de la population sera touchée un jour ou l'autre par une hernie discale.

La hernie discale, comme la sciatique, est victime d'idées reçues. Elle aussi peut tout à fait guérir spontanément en quelques semaines. Généralement des antidouleurs plus ou moins puissants suffisent à faire disparaître les symptômes en attendant que la sciatique se dissipe d'elle-même.