Santé

Traitements de la fausse-couche : curetage et médicaments

Dossier - La fausse-couche
DossierClassé sous :médecine , fausse-couche , avortement spontané

-

On estime le nombre de fausses-couches par an à 20.000 en France. Quels sont les signes d'une fausse-couche ? Quelles en sont les causes, et quels traitements existent ? Comment gérer l'après fausse-couche ?

  
DossiersLa fausse-couche
 

Une fausse-couche peut se manifester de différentes façons. Elle se traite différemment selon la situation : expulsion complète ou incomplète, fausse-couche tardive... On choisira alors une prescription d'hormones ou un curetage.

Après une fausse-couche, on réalise un curetage, mais la prise de comprimés de prostaglandines peut suffire à expulser les derniers tissus. © Motorolka - Shutterstock

L'expulsion complète lors d'une fausse-couche

Après une fausse-couche, si l'expulsion est spontanée et complète, il n'y a pas besoin d'intervention médicale. On confirme cette expulsion lors d'une échographie de contrôle.

Le traitement en cas d'expulsion incomplète

En revanche, si l'expulsion est incomplète, on prescrira des hormones dont le but est de provoquer des contractions : des comprimés de prostaglandines. Un contrôle est effectué vingt-quatre heures plus tard. Si l'expulsion n'est pas encore complète, on procède à une aspiration ou à un curetage.

Le curetage après une fausse-couche

Le curetage est réalisé sous anesthésie locale ou générale et dure 10 à 15 minutes. Le médecin racle la muqueuse utérine à l'aide d'une curette, afin de retirer toute trace de placenta. Il est possible de prescrire une injection d'ocytocine pour aider la contraction de l'utérus et éviter les risques d'hémorragie.

L'expulsion du fœtus dans le cas d'une fausse-couche tardive

Dans le cas d'une fausse couche tardive, il est nécessaire de se faire hospitaliser, car les risques d'hémorragie sont importants. Pour l'expulsion du fœtus, la patiente reçoit une injection péridurale ou est mise sous anesthésie générale