Santé

Rites et remèdes d'invulnérabilité

Dossier - Ethnopharmacologie en Guyane : des plantes aux médicaments
DossierClassé sous :médecine , pharmacopée , guyane

-

L'ethnopharmacologie guyanaise constitue une très grande richesse naturelle. Elle est composée d'une grande variété de plantes que les populations locales utilisent pour soigner.

  
DossiersEthnopharmacologie en Guyane : des plantes aux médicaments
 

Chez les Saramaka, c'est-à-dire dans un monde où le végétal, l'animal et l'humain n'ont pas de frontières distinctes, où rien ne doit être laissé au hasard, la causalité spirituelle de la maladie est primordiale ; elle reste l'affirmation dernière après toute tentative rationalisante d'explication des maux.  Leur tradition historique orale montre une grande importance des rites d'invulnérabilité, de résistance à la faim et à l'effort physique.

Aucun travail notable en ethnomédecine n'existe sur les Noirs Marrons, si ce n'est celui du docteur Janssen sur la santé des enfants de Marrons qui introduit un petit lexique de maladies. Le travail du docteur Sausse, déjà cité concernant les populations Wayana et Aluku du Haut Maroni, donne un aperçu très succinct des affections les plus fréquentes chez les Aluku ou Boni.

Fleur de pourpier. © Didier Descouens CC BY-SA 4.0

Sorcellerie et rites

Chez les Saramaka, sorcellerie, perturbations des esprits de la forêt, des esprits des morts, des ancêtres guerriers sont susceptibles de provoquer l'apparition de la maladie. Des cycles complexes de rituels liés aux travaux de l'abattis, aux rapports sociaux (surtout lignagers) préviennent ou guérissent les maladies.

Préparation d'un remède d'invincibilité. On remarquera la présence d'un crâne de jaguar qui rentre dans la composition du remède. Village de Banafokondre. Pays Saramaka. Suriname. © IRD/Michel Sauvain - Tous droits de reproduction interdit

Par ailleurs, de manière complémentaire au rapport qu'entretiennent les Saramaka à leurs corps et à la santé, leur tradition historique orale montre une grande importance des rites d'invulnérabilité, de résistance à la faim et à l'effort physique.

Préparation d'un remède d'invincibilité. Village de Banafokondre. Pays Saramaka. Surinam © IRD/Michel Sauvain - Tous droits de reproduction interdit

Remèdes d'invulnérabilité chez les Saramaka

Ce furent les conditions indispensables de leur capacité à vaincre le colonisateur dans sa tentative de les réduire de nouveau à l'esclavage ou à la mort. Il existe donc des spécialistes des remèdes de l'invulnérabilité, des traumatismes graves.

Il faut noter que l'on préfère arracher de l'hôpital un malade atteint de fractures, en allant le récupérer si nécessaire jusqu'à Paramaribo, capitale du Surinam, pour le soigner en milieu traditionnel.