Santé

Les remèdes de la virilité (Momordica charantia)

Dossier - Ethnopharmacologie en Guyane : des plantes aux médicaments
DossierClassé sous :médecine , pharmacopée , guyane

-

L'ethnopharmacologie guyanaise constitue une très grande richesse naturelle. Elle est composée d'une grande variété de plantes que les populations locales utilisent pour soigner.

  
DossiersEthnopharmacologie en Guyane : des plantes aux médicaments
 

La perception des saveurs des plantes semble correspondre aux choix thérapeutiques des tradipraticiens saramaka, à une certaine division sexuelle de la société et, bien sûr, aux choix alimentaires de ces populations sylvicoles.

Momordica coupé en tranches. © Nataly Studio, Shutterstock
Plante médicinale, dans l'est de la Guyane : cette espèce (Piper marginatum) rentre dans la composition de nombreux mélanges anti-paludiques. En revanche, elle ne semble pas posséder de réelles propriétés antiplasmodiales. © IRD/Geneviève Bourdy, tous droits de reproduction interdits

En ce qui concerne le goût amer, on ne constate pas nécessairement une relation entre cette saveur et une activité biologique ou une éventuelle toxicité. Ainsi, l'hypothèse couramment admise de la détection par les mammifères des substances toxiques végétales par leur caractère amer, doit être considérée avec précaution. De même, certains principes actifs très toxiques présents dans les végétaux ne présentent pas d'amertume.

Les fruits de Momordica charantia

Par contre, des légumes comme les fruits de Momordica charantia, cucurbitacées excessivement amers, font parties de l'alimentation des peuples tropicaux et en particuliers de celle des groupes ethniques du Suriname. L'appréciation des saveurs alimentaires amères et sucrées chez les Saramaka est corrélée avec la division entre les sexes à l'âge adulte.

Aristolochia trilobata est une espèce utilisée en Guyane dans les préparations préventives du paludisme (les « amers »). © IRD/Geneviève Bourdy - Tous droits de reproduction interdits

Les « amers », des remèdes de la virilité ou contre les maux de ventre

En effet, les remèdes de la virilité et ceux pour les maux de ventre absorbés par voie orale sont considérés comme d'autant plus puissants qu'ils sont plus amers et sont donc très prisés des hommes. Il est fréquent que dans la médecine d'entretien quotidien, les hommes absorbent des macérations dans l'alcool de plantes à principes amers (par exemple les simarubacées). Ils le font avec force grimaces et expriment leur satisfaction de savoir les boire.

D'autre part, ils ont un profond rejet des aliments sucrés qui sont dits être réservés aux femmes et aux enfants. On peut noter que dans ce peuple, contrairement à beaucoup d'autres ethnies, le caractère amer ne correspond pas à la propriété de plante fébrifuge.