Cancer : les mécanismes biologiques

DossierClassé sous :médecine , hyperplasie , polype

-

Le cancer touche 350.000 personnes par an en France et il est la première cause de mortalité. Malgré les multiples visages de cette maladie, les travaux de recherche des trente dernières années ont permis de définir des points communs aux cancers.

  
DossiersCancer : les mécanismes biologiques
 

Le cancer touche 350.000 personnes par an en France et il est responsable de 146.000 décès, ce qui en fait la première cause de mortalité. La lutte contre le cancer représente un défi majeur de santé publique. En effet, sa diversité rend sa compréhension difficile : on compte plus de 200 types de cancers différents. Malgré les multiples visages de cette maladie, les travaux de recherche des trente dernières années ont permis de définir des points communs aux cancers.

Des mécanismes généraux ont été mis en évidence, permettant ainsi de comprendre l'évolution du processus cancéreux. La compréhension du fonctionnement des cancers permet ainsi de concevoir des stratégies thérapeutiques plus efficaces et de définir des cibles plus précises pour les thérapies anticancéreuses de demain.

Tous les cancers, bien que différents, répondent aux mêmes mécanismes d'apparition et d'évolution. © Wellcome Images, Flickr CC by nsd

Ce dossier présente les grands mécanismes du cancer récemment proposés par deux spécialistes mondiaux de la cancérologie : Douglas Hanahan et Robert Weinberg, dans la prestigieuse revue Cell. Nous nous intéresserons à ces mécanismes à l'échelle de la cellule, où débute l'oncogenèse, jusqu'à l'échelle du tissu où on assiste à l'établissement des phases avancées de l'oncogenèse.

Un dossier réalisé par Grégory Ségala, doctorant en cancérologie au centre de recherche en Cancérologie de Toulouse dans l'équipe du docteur Marc Poirot. Son projet de recherche consiste d'une part à étudier l'implication du métabolisme des stérols dans les effets d'un médicament utilisé contre les cancers du sein, le tamoxifène. D'autre part, il s'attache à caractériser le mécanisme d'action antitumoral d'une nouvelle molécule naturelle, la dendrogénine A.