Santé

Quelles sont les particularités olfactives du chien ?

Dossier - Huit questions essentielles sur le nez et l'odorat
DossierClassé sous :Corps humain , nez , odorat

-

L’odorat est l’un des cinq sens que possède l’Homme. Grâce au nez, nous pouvons ainsi sentir toutes sortes d’odeurs : les plus délicieuses comme les plus désagréables. Mais comment fonctionne notre nez ? Que se passe-t-il réellement dans la cavité nasale ? Notre dossier répond à huit questions essentielles sur le nez et l’odorat.

  
DossiersHuit questions essentielles sur le nez et l'odorat
 

Comme tous les chasseurs, le comportement, la physiologie, le système nerveux et les sens du chien sont adaptés à la recherche des proies. Des chercheurs de l'université d'Oslo ont observé le comportement de quatre bergers allemands recherchant la trace et la direction d'un humain passé vingt minutes auparavant.

Le chien a un odorat très développé. © Kamracik, Pixabay, DP

Chaque chien a été amené à angle droit par rapport à la piste et a été observé. Dans une phase initiale, le chien recherche la piste elle-même. Quand il l'a trouvée, il ralentit son rythme de flairage et son propre déplacement le long de la trace afin de décider du sens du déplacement.

Qu'on imagine la difficulté de cette phase délicate : peut-être le chien s'appuie-t-il sur d'autres indices qu'olfactifs, mais l'expérience ayant été faite sur un sol de béton, il n'y a pas d'herbe foulée pour indiquer le sens de la marche.

Le berger allemand est un chien qui se fie beaucoup à son flaire. A-t-il pour autant un odorat plus développé que l'Homme ? © Flaurentine, CC by-nc 3.0

Le chien suit les produits odorants

Par ailleurs, on suppose que l'être humain a laissé au sol des produits odorants. Soit ces produits sont rejetés avec une orientation particulière (qui reste à découvrir) par rapport au sens de la marche, soit, entre le premier et le cinquième pas (distance suffisante pour que le chien repère la direction), il existe un gradient de concentration de certains produits que le limier serait capable d'évaluer.

Par exemple, les plus volatils auraient un tout petit peu plus disparu du premier pas mais un peu moins du cinquième ; mais pensez que cette marche n'a duré que cinq secondes par rapport aux vingt minutes écoulées depuis.

Rôle de la truffe du chien

Toujours est-il que l'animal ne prend que trois à cinq secondes avant de suivre la piste dans la bonne direction et que cinq pas lui suffisent pour la déterminer ! Il faut dire que la truffe du chien sert à deux choses : d'une part, le chien s'en sert pour agiter les particules solides et les molécules à la surface du sol par le courant d'air expiré, ce qui favorise leur inhalation à l'inspiration suivante ; et d'autre part, lors de l'inhalation, elle lui sert à inspirer également une lame d'air en provenance du sol situé en avant de son nez. Il se construit ainsi une carte olfactive des quelques centimètres ou décimètres qui sont devant lui. En intégrant cette carte sur quelques mètres, il est capable de décider du sens de passage d'un individu.

Le berger malinois est un des chiens les plus utilisées comme chien renifleur. © Multimotyl, CC by-nc 3.0

Autre atout du chien par rapport à beaucoup d'autres animaux, et surtout des chiens à long nez : il y a de la place dans leur cavité nasale pour une grande surface d'épithélium olfactif. Un berger allemand ou un malinois possède jusqu'à 200 cm² de muqueuse olfactive, ce qui lui permet d'abriter quasiment cent fois plus de neurones olfactifs que l'homme (environ 200 millions).

Enfin, le chien (avec la souris, le rat, la vache et... l'opossum) fait partie des quelques mammifères qui disposent d'environ un millier de gènes de récepteurs olfactifs dans leur génome, 872 exactement. Avec cet équipement, nul doute qu'il soit performant.