Santé

Température corporelle du cadavre

Dossier - Police scientifique : les vraies méthodes d'investigation
DossierClassé sous :biologie , génétique , médecine

-

Vous êtes fan des séries policières ? Futura-Sciences vous plonge dans l'univers des experts de la police scientifique et vous fait découvrir leurs véritables méthodes d'investigation !

  
DossiersPolice scientifique : les vraies méthodes d'investigation
 

La température corporelle diminue progressivement dès la mort, passant de 37 °C à la température ambiante. Suivant les conditions environnementales et la température du corps au moment de sa découverte, il est possible de calculer le temps qu'il a fallu pour que la température diminue, déterminant ainsi l'heure de la mort.

La mesure de la température du cadavre est réalisée sur les lieux du crime par le médecin légiste. ©Gadini, DP

Un corps humain vivant possède une température corporelle proche de 37 °C. Dès la survenue de la mort, le corps cesse de conserver son homéothermie et commence à se refroidir. Si la peau se refroidit rapidement et atteint la température ambiante en 8 à 12 heures, le centre du cadavre met plus de temps. De façon approximative, la vitesse de refroidissement est d'environ 1 °C par heure pendant les 24 premières heures.

Déterminer l'heure de la mort grâce à la température du cadavre

Nomogramme de Henssge : on trace une ligne entre la température du cadavre (sur l’échelle de gauche) et la température ambiante (échelle de droite). Cette ligne coupe le trait oblique. On trace alors un nouveau trait partant du cercle en bas à gauche. Cela coupe la courbe du poids, ce qui donne le temps écoulé depuis la mort et la marge d’erreur. © HB, Wikimedia, GFDL 1.2

Mais les experts de la police scientifique disposent d'outils bien plus précis (nomogramme de Henssge), qui prennent en compte la température extérieure, la température du cadavre (mesurée grâce à un thermomètre introduit dans le rectum) et son poids. L'abaque donne une heure de mort et une marge d'erreur. Des limitations interviennent, notamment si le sujet était en hypothermie (mort de froid) ou en hyperthermie (malade avec de la fièvre) avant le décès, si la température ambiante n'a pas été constante, la présence de vêtements... Un facteur de correction (Cf) prédéfini peut alors améliorer la datation.