Santé

La lampe Polilight pour découvrir des indices cachés

Dossier - Police scientifique : les vraies méthodes d'investigation
DossierClassé sous :biologie , génétique , médecine

-

Vous êtes fan des séries policières ? Futura-Sciences vous plonge dans l'univers des experts de la police scientifique et vous fait découvrir leurs véritables méthodes d'investigation !

  
DossiersPolice scientifique : les vraies méthodes d'investigation
 

À côté des indices visibles sur une scène de crime se cachent des éléments tout aussi intéressants mais invisibles à l'œil nu. L'utilisation d'une lampe aux propriétés particulières permet de les repérer facilement !

Trace d'empreinte. © Ar130405n, Pixabay, DP
Tache sur du coton due à du sperme, vue en lumière naturelle (a) ou grâce au Polilight (à 450 nanomètres au travers d’un filtre orange). © Journal of Forensic Sciences

Certains indices ne sont pas visibles à l'œil nu :

Si pour chaque type d'échantillon il existe des méthodes spécifiques et efficaces afin de les mettre en évidence, un outil particulier au spectre d'action plus large peut révéler des traces insoupçonnées : une lampe (Polilight®).

Le Polilight, la lampe des experts de la police scientifique

Inventé dans les années 1980, le Polilight (ou ses homologues commercialisés sous d'autres noms) a un mode d'action assez simple. Il s'agit en fait d'une lampe qui possède la capacité d'émettre de la lumière à différentes longueurs d'onde. Alors que la lumière solaire, dite « lumière blanche », est dotée d'un ensemble de longueurs d'onde, chaque longueur d'onde individuelle est perçue par l'œil comme une couleur unique. Certains éléments sont naturellement fluorescents, c'est-à-dire qu'ils possèdent la particularité d'absorber la lumière à une certaine longueur d'onde et de réémettre de la lumière à une longueur d'onde supérieure.

Ainsi, le sang absorbe la lumière à 415 nanomètres. En utilisant une lampe émettant à cette longueur d'onde, et en équipant l'enquêteur de lunettes filtrantes (ne laissant passer que la lumière émise à la longueur d'onde attendue), le sang peut alors apparaître (même s'il n'est pas très fluorescent). Le sperme, quant à lui, fluoresce fortement (entre 400 et 700 nm) dès qu'il absorbe de la lumière (à une longueur d'onde entre 300 et 480 nm).

À l'aide de différentes longueurs d'onde, plusieurs indices peuvent surgir (fluides corporels, fibres, produits chimiques...). Il ne reste plus qu'à les photographier puis les récolter pour les envoyer au laboratoire d'analyse.