Santé

La forêt de Grésigne

Dossier - L'Institut Charles Darwin International s'installe à Puycelsi
DossierClassé sous :biologie , darwin , évolution

-

L'institut Charles Darwin International, ouvre ses portes à Puycelsi, village sublime, entouré par la forêt de Grésigne. Ce lieu accueille aujourd'hui l'ambition de penser ce dont à lui seul, déjà, il témoigne : l'évolution humaine face à la nature.

  
DossiersL'Institut Charles Darwin International s'installe à Puycelsi
 

La forêt de Grésigne est la plus vaste forêt de chênes de la région Midi-Pyrénées. Couvrant environ 3600 hectares et jouxtant d'autres massifs forestiers, elle se compose essentiellement de chênes rouvres (80%), de hêtres, de charmes et de résineux. Grésigne a donné du bois de chauffage et un peu de charpente, du bois pour les merrains servant à la tonnellerie destinée au vin de Gaillac, du charbon de bois jusqu'aux années cinquante, et du bois alimentant les fours des verriers de Grésigne, dont le dernier s'est éteint en 1850. La forêt, rationnellement exploitée et entretenue, est aujourd'hui un lieu de chasse au gros gibier.

Puycelsi, entouré par la forêt de la Grésigne

Le point culminant (Montoulieu, 480 m) est de l'ère primaire. Formé de grès, il a donné son nom à la forêt de Grésigne. Les plateaux environnants sont de la période jurassique (ère secondaire) et sont composés de calcaire.

Vue de la forêt de la Grésigne

Le chêne est dominant, avec 80% de chêne sessile ou chêne rouvre ; on trouve des zones peuplées de chênes pédonculés au fond des vallées, et de chênes pubescents dans les secteurs arides. Dans les années soixante, une tentative de plantation de pin Laricio a été faite, mais avec peu de succès. Des châtaigniers, des hêtres, des merisiers et diverses autres essences constituent le reste de la forêt.

La forêt de Grésigne abrite plus de 2500 Insectes, notamment des Coléoptères. C'est à cet égard, en Europe, la forêt la plus importante après celles de Fontainebleau et une forêt d'Europe centrale. C'est également la forêt d'Europe qui présente la plus grande biodiversité à l'hectare. Le Taupin violacé (Coléoptère Élatéridé) est ici présent, tout comme le joli Crustacé d'eau douce qu'est l'Écrevisse à pattes blanches : leur présence atteste la qualité de l'environnement. Les plans « Natura 2000 » et les actions mises en place par l'ONF permettent de penser que cette réserve naturelle continuera à se développer.

Les Cerfs (600 environ) et les Chevreuils (400 environ) peuplent la forêt, où l'on trouve également quelques Renards, Sangliers et Genettes. Le Cerf a été introduit dans la forêt en 1958 par Fernand Verdeille, maire de Penne et sénateur du Tarn. La surpopulation actuelle oblige l'ONF à augmenter les plans de chasse (170 en 2004/2005). Cette régulation est indispensable pour éviter un appauvrissement de la forêt dû au fait que ces animaux se nourrissent des pousses des jeunes arbres et des branches basses, empêchant ainsi un développement végétal régulier.

  • E - Histoire
Une lisière en Grésigne

Les Romains ont occupé la Grésigne. De leur passage il reste des oppida, tumulus de terre servant de défense, des vestiges de camps et une voie romaine sur le territoire de Puycelsi. En 1281, Amiel de Penne cède ses droits sur la forêt au roi de France. Les habitants des villages environnants continuent à utiliser les privilèges de bois mort, de charpente et de barrières, mais aussi de pacages pour les troupeaux. Les verriers, d'origine noble, peuvent utiliser à volonté le bois de la forêt et sont dispensés d'impôt. Cette exploitation exagérée et sans contrôle met la Grésigne en danger de disparition. En 1660, Colbert dépêche Monsieur de Froidour pour réglementer l'exploitation de la forêt et en accroître les bénéfices. Après en avoir délimité le pourtour par un mur (mur dit de Louis XIV) ou un fossé, il supprime les privilèges et nomme des gardes forestiers.

Au pied d'une falaise, noyée dans les feuillages, s'ouvre la grotte préhistorique du Rouzet © Photo Dominique Felga

En 1750, Louis XV inféode la Grésigne à Monsieur de Maillebois : celui-ci projette de transporter le bois en canalisant la rivière Vère. Le projet sera poursuivi durant une vingtaine d'années, et fera naufrage - un peu aidé dans cet échec par les vignerons et tonneliers gaillacois peu intéressés à voir partir la matière première vers Bordeaux, via Bruniquel. Monsieur de Maillebois a eu le temps toutefois de commencer le tracé des routes de débardage avant de faire faillite.

La grotte du Rouzet, datant du Paléolithique moyen, a été fortifiée au cours du Moyen-Âge pour servir d'abri aux paysans surpris par les incursions ennemies. © Photo Dominique Felga
  • F - Richesses

La forêt de Grésigne était la ressource de toute la contrée avec :

- le bois de charpente,
- les merrains pour la tonnellerie,
- le verre jusqu'en 1850,
- le charbon de bois, qui périclita avec l'ouverture des mines de Carmaux,
- les fagots servant à alimenter les fours à chaux (il en fallait 5000 par cuisson) ;
- il y eut même des mines de fer à ciel ouvert autour de la Janade (commune de Puycelsi).