Conscience artificielle, principes architecturaux

DossierClassé sous :biologie , conscience , vie artificielle

-

Transposer un système psychique humain dans un système informatique orienté multi-agent et connecté en temps réel à des corps de robots et à des mécanismes de contrôle-commande, est un objectif scientifique aujourd'hui réalisable. Il s'agit de construire un système unifiant matériels et logiciel complexes permettant une totale indépendance comportementale, et avec des envies, des soucis, des émotions et un certain profil psychologique.

  
DossiersConscience artificielle, principes architecturaux
 

L'informatique est habituellement comprise comme le développement de programmes qui se comportent comme des séquences de traitements automatiques plus ou moins compliquées. En ce sens, le comportement de ces programmes est prévu et finement planifié dans le plus de cas possibles. Mais on sait aujourd'hui, en Intelligence artificielle et en utilisant le parallélisme, construire des systèmes composés de très nombreux processus, c'est-à-dire de programmes autonomes et concurrents, qui s'exécutent chacun en négociant leurs traitements avec les autres et en faisant émerger des effets. Le vivant artificiel, liant informatique et robotique, nécessite de s'intéresser à des programmes qui forment des entités précises, qui ne sont pas de simples réunions de systèmes différents, et qui forment un tout autonome et évolutif. Au niveau logiciel, ce sont des agrégations très évolutives de processus qui gèrent en temps réel des corps de robots et des mécanismes de prises d'informations.

La conscience artificielle, la façon de générer dans des systèmes informatiques ce que sont en fait les pensées humaines, est comprise comme la production artificielle de points de vues, d'avis, d'appréciations, d'impressions, d'envies. Il s'agit de générer des représentations sensibles très adéquates avec la réalité dans laquelle le système fonctionne. Ce type de système est lié à une certaine corporéité qui, elle, peut être multiforme, et il se met en situation dans le réel, à chaque instant, selon les informations qu'il reçoit et selon ses aptitudes. Il faut donc concevoir des systèmes qui pourront générer des états complexes qui représenteront des pensées, des systèmes qui auront une mémoire des choses, gardant la trace des événements vécus et appréciés, ce qui n'est pas du tout une mémoire accumulant simplement des données, fussent-elles innombrables. Et il faut que ces systèmes soient donc très autonomes dans l'utilisation de leur mémoire et des processus permettant de produire des représentations et des plans d'action intentionnels, et qu'ils opèrent en temps réel.

Pour cela, il sera nécessaire de bien lier informatique et robotique, d'utiliser systématiquement la programmation par processus et d'aller chercher des modèles externes à la discipline informatique : les modèles de systèmes psychiques et les modèles de la morphogenèse décrivant la notion de forme.