Santé

Quelle est votre position sur les OGM ?

Dossier - Axel Kahn : engagements et vie d'un chercheur
DossierClassé sous :biologie , chercheur , science

-

Au travers de ce dossier, nous vous présentons l'interview d'Axel Kahn publiée dans le magazine "Nouveaux Regards" d'avril - septembre 2007. Axel Kahn revient sur sa vie de chercheur, ses engagements et ses combats. "Le but d'un intellectuel n'est pas simplement la victoire".

  
DossiersAxel Kahn : engagements et vie d'un chercheur
 

Nouveaux Regards : Concernant les OGM, vous semblez soutenir l'idée que l'on peut sans danger les cultiver en plein champ...

- Axel Kahn : Le vrai danger des OGM, c'est qu'ils constituent un outil supplémentaire utilisé par les forces du capitalisme pour assurer sa domination. En revanche, cette méthode de création de nouvelles variétés mérite-t-elle d'être utilisée pour répondre aux défis qui se posent, y compris dans le cadre d'une coopération solidaire ? Le scientifique que je suis peut vous assurer que oui. Les défis sont d'une telle ampleur que je trouverais bien imprudent de faire l'impasse a priori sur une telle source d'innovation reposant sur l'amélioration des variétés par transfert de gènes. Maintenant, pour la sécurité, je me marre si vous le permettez. Par gentille provocation, car je les aime bien, je dis aux anti-OGM et aux Faucheurs volontaires :

Vous craignez deux choses, les effets nocifs des OGM et l'unilatéralisme de l'impérialisme américain ? Je ne suis pas loin de partager votre souci. Mais vu qu'il y a aujourd'hui des OGM cultivés sur 110 millions d'hectares, 7 % des terres cultivées, et vu que, depuis 10 ans, 300 millions d'Américains mangent des OGM matin, midi et soir,  ne vous inquiétez pas, ils vont sûrement tomber comme des mouches et le péril américain va disparaître. En réalité, sur le plan de la sécurité, il est peu d'innovations pour lesquelles on dispose d'une telle expérience, en l'occurrence des centaines de millions de personnes. Alors quand on nous dit qu'il faut regarder si l'on peut faire un essai sur trois hectares en France, c'est ridicule par rapport à la réalité du monde tel qu'il est.