Ce bébé a deux doigts qui ne sont pas correctement séparés : c'est une syndactylie. © Wikipedia, domaine public

Santé

Syndactylie

DéfinitionClassé sous :médecine , Bébé , Santé
 

Le terme de syndactylie signifie « doigts collés ». La syndactylie de type 1 (SD1), autrefois appelée zygodactylie, se caractérise par une fusion complète ou partielle des troisième et quatrième doigts et/ou des deuxième et troisième orteils. La syndactylie est une malformation congénitale fréquente due à un défaut de séparation des rayons digitaux. Elle est une des deux principales anomalies congénitales de la main, l'autre étant la polydactylie.

La syndactylie s'observe à la naissance du bébé. Lors du développement embryonnaire, normalement le tissu se trouvant entre les doigts disparaît par apoptose ou « mort cellulaire programmée ». Si un tissu de peau persiste entre deux doigts, il peut y avoir une syndactylie membraneuse.

Causes et traitement de la syndactylie

La syndactylie peut être héréditaire, mais selon le type de transmission, elle peut « sauter » des générations. La syndactylie de type 1 est liée à un gène situé sur le chromosome 2 ; c'est une maladie héréditaire qui se transmet selon un mode autosomique dominant. Cependant, une influence extérieure peut aussi avoir perturbé la séparation des doigts au début de la grossesse. De nombreux facteurs (maladie virale, prise médicamenteuse, radiographie pelvienne...) peuvent influencer cette évolution notamment entre la 4e et la 6e semaine de gestation.

Le traitement de la syndactylie est chirurgical et consiste à séparer les doigts ; il peut avoir lieu vers l'âge de 18 mois pour une syndactylie membraneuse. L'âge et le type d'intervention dépendent de la localisation et de l'étendue de la malformation.

Source : Section française de Chirurgie plastique pédiatrique, consultée le 28 mars 2014 ; Centre de Chirurgie de la Main et du Membre supérieur, consulté le 31 octobre 2017.

Un robot pourrait-il remplacer un chirurgien ?  Les robots chirurgiens se développent, se perfectionnent et sont de plus en plus présents dans les salles d’opération aux côtés des chirurgiens. Mais remplaceront-ils un jour complètement les praticiens ?