Les bactériophages sont des virus qui détruisent les bactéries. Ils sont utilisés dans le cadre de la phagothérapie. © psdesign1, Fotolia

Santé

Phagothérapie

DéfinitionClassé sous :médecine , phagothérapie , phage

La phagothérapie désigne l'utilisation de phages pour traiter des infections bactériennes. Les phages, ou bactériophages, sont des virus qui s'attaquent aux bactéries. Ils ont été mis en évidence par Félix d'Hérelle qui avait observé des plages claires indiquant une lyse bactérienne.

En 1919, Félix d’Hérelle a mis au point un traitement de la dysenterie grâce à des bactériophages : c'était la première phagothérapie. Cette thérapie a été utilisée en 1925 contre des cas de peste, en Égypte, et en 1926 contre le choléra, en Inde. En 1933, un élève de Félix d'Hérelle a créé l'institut du bactériophage à Tbilissi, en Géorgie.

Après la découverte de la pénicilline par Fleming, la phagothérapie a perdu du terrain en raison de l'avènement des antibiotiques. Mais la phagothérapie a continué d'être utilisée dans des pays d'Europe de l'Est. Depuis le début des années 2000, la phagothérapie suscite un regain d'intérêt car elle propose une nouvelle stratégie de lutte contre les bactéries multirésistantes aux antibiotiques.

Antibiothérapie et phagothérapie

Un traitement par phagothérapie utilise plusieurs phages différents pour éviter des résistances. Il existe une résistance des bactéries aux phages, mais elle est rare. Les phages ciblent une espèce bactérienne particulière, alors que les antibiotiques tuent différentes espèces. La phagothérapie présente comme avantage d'être plus rapide qu'un traitement antibiotique mais elle ne permet pas de combattre des bactéries intracellulaires.

Actuellement, la phagothérapie n'est pas autorisée en France. Comme les phages sont présents naturellement dans la nature, ils ne peuvent pas être brevetés.

Des bactériophages pour contrer les bactéries résistantes aux antibiotiques  Les antibiotiques sont de moins en moins efficaces car les bactéries sont de plus en plus résistantes. L’Institut Pasteur travaille donc au quotidien sur des solutions dont l'une utilise les bactériophages, des virus n'infectant que les bactéries. Laurent Debarbieux, responsable du groupe Interactions bactériophages-bactéries chez l’animal, nous en parle plus en détail durant cette interview. 

À voir aussi :