Si un anticorps reconnaît plusieurs antigènes qui se ressemblent, il peut y avoir immunité croisée. © psdesign1, Fotolia

Santé

Immunité croisée

DéfinitionClassé sous :médecine , immunité croisée , antigène

L'immunité croisée décrit une immunité acquise contre un agent infectieux qui protège contre un autre agent (virus ou bactérie). L'immunité croisée est liée au phénomène de réaction croisée. En général, un anticorps est spécifique d'un antigène ; mais parfois des anticorps se lient à des antigènes proches (ils sont dits cross-réactifs), parce que ces antigènes possèdent des épitopes communs ou sont de structure similaire.

Ainsi, il peut exister des réactions croisées avec des bactéries d'espèces proches. Une bactérie possède de nombreux antigènes de surface. Si un animal est immunisé contre une bactérie grâce à une injection de bactéries entières, il produit des anticorps contre de nombreux antigènes bactériens. Si deux bactéries possèdent un antigène identique, l'animal immunisé contre une bactérie produit aussi des anticorps contre l'autre bactérie.

Exemples d’immunité croisée

Le virus de la grippe saisonnière est connu pour muter chaque année, mais ces variations sont souvent mineures. Ceci explique qu'il peut exister une part d'immunité croisée avec des virus rencontrés lors des années précédentes.

Plus précisément, le virus influenza porte les protéines hémagglutinine (H) et neuraminidase (N). Les personnes qui ont été exposées à un virus portant un certain type H peuvent être en partie protégées contre des virus du même type. C'est ce phénomène d'immunité croisée qui expliquerait que notre sensibilité aux virus grippaux est liée à notre année de naissance, comme le montrait une étude parue en 2016 : des personnes qui ont déjà rencontré dans leur vie certains virus grippaux seraient mieux protégées que d'autres contre d'autres virus grippaux.

Cela vous intéressera aussi

Interview 3/5 : qu'est-ce qu'un virus mutant ?  Lors de sa réplication, un virus peut muter et devenir plus ou moins virulent pour l’Homme. Ces changements sont aléatoires et imprévisibles. Nous avons interviewé Jean-François Saluzzo, virologiste auprès de l’OMS, afin qu’il nous parle plus en détail de ces mutations et de leur impact sur la santé humaine.