Santé

Choléra

DéfinitionClassé sous :médecine , Vibrio cholerae , transmission
Le choléra peut être traité grâce à des sels de réhydratation ou par les antibiotiques. © Médecins sans frontières, Flickr, CC by-nc-sa 2.0

Le choléra est une infection intestinale aiguë due à une bactérieVibrio cholerae.

Symptômes du choléra

La brève période d'incubation va de moins d'un jour à cinq jours et l'entérotoxine produite par le vibrion entraîne une diarrhée aqueuse, abondante et indolore qui peut rapidement provoquer une déshydratation grave et entraîner la mort en l'absence d'un traitement rapide. Dans la plupart des cas, la maladie provoque également des vomissements.

La plupart des sujets infectés ne tombent pas malades bien que le vibrion reste présent dans les selles pendant 7 à 14 jours. Lorsque la maladie survient, plus de 90 % des épisodes sont bénins ou de gravité modérée et difficiles à distinguer cliniquement d'autres types de diarrhées aiguës. Moins de 10 % des malades présentent un choléra typique avec des signes de déshydratation modérée ou grave.

Transmission du choléra

Le choléra est transmis par l'eau et les aliments contaminés. Les importantes flambées soudaines sont généralement provoquées par une source d'eau contaminée. Ce n'est que rarement que le choléra se transmet par contact direct de personne à personne. Dans les zones de forte endémie, la maladie frappe avant tout les jeunes enfants, bien que ceux qui sont nourris au sein soient généralement épargnés.

Vibrio cholerae est souvent présent dans le milieu aquatique et il fait partie de la flore normale qu'on trouve dans l'eau saumâtre et les estuaires. Il s'associe souvent aux algues (plancton), influencées par la température de l'eau. Les être humains constituent également un des réservoirs de la forme pathogène du Vibrio cholerae.

Traitement du choléra

Si le choléra survient dans une communauté qui n'est pas préparée, le taux de létalité peut atteindre 50 % - généralement parce que les équipements nécessaires font défaut ou que le traitement est trop tardif. Inversement, des mesures bien organisées prises dans un pays disposant d'un programme bien établi de lutte contre les maladies diarrhéiques peuvent maintenir le taux de létalité au-dessous de 1 %.

La plupart des cas de diarrhée à V. cholerae peuvent être traités de façon satisfaisante par l'administration d'une solution de sels de réhydratation orale (présentés sous forme de sachets standards OMS/UNICEF). Au cours d'une épidémie, la seule administration d'un liquide de réhydratation orale suffit dans 80 à 90 % des cas, mais une perfusion peut être nécessaire en cas de déshydratation prononcée.

Dans les cas graves, un antibiotique efficace peut réduire le volume et la durée de la diarrhée et la période d'excrétion du vibrion. La tétracycline est l'antibiotique de première intention, mais elle se heurte à une résistance croissante. Les autres antibiotiques efficaces en cas de résistance à la tétracycline sont le cotrimoxazole, l'érythromycine, la doxycycline, le chloramphénicol et la furazolidone.