Les acides gras à chaîne courte (AGCC) sont produits dans le côlon par des bactéries anaérobies. © yodiyim, Fotolia

Santé

Acide gras à chaîne courte

DéfinitionClassé sous :médecine , acide gras à chaîne courte , AGCC

Les acides gras à chaîne courte (AGCC) sont des produits de la fermentation des glucides réalisée par des bactéries anaérobies présentes dans le côlon. Ce sont des anions organiques et des acides gras saturés. Ils comprennent les acides acétique (C2), propionique (C3) et butyrique (C4) ; les proportions de ces acides varient, mais l'acétate est généralement majoritaire.

Fibres, intestin, côlon et acides gras à chaîne courte

Les fibres alimentaires ne sont pas digérées par les enzymes de l'intestin grêle et servent de substrat pour les bactéries du côlon. De plus, une partie de l'amidon n'est pas digérée dans l'intestin grêle et se retrouve elle aussi dans le côlon : c'est l'amidon résistant. La production d'AGCC se fait donc par fermentation des amidons résistants, des polysaccharides non amylacés et de certains oligosaccharides indigestibles.

Rôle des AGCC dans l'organisme

Les AGCC sont absorbés par la muqueuse intestinale ; très peu sont évacués par les selles. Les colonocytes utilisent l'oxydation du butyrate pour produire de l'énergie. Dans le foie, le propionate sert à la néoglucogenèse (fabrication de glucose). L'acétate est utilisé comme source d'énergie par différents tissus, comme le rein et les muscles. Chez les ruminants, les AGCC jouent un rôle énergétique important.

Des études suggèrent que les AGCC modifient l'activité motrice de l'intestin, interviennent dans les défenses de celui-ci et contre la diarrhée. Le butyrate inhiberait la prolifération des cellules cancéreuses. La rectocolite ulcéro-hémorragique serait liée à une diminution de l'oxydation du butyrate dans les colonocytes.

Interview 3/5 : comment sont liées nutrition et espérance de vie ?  En France, l'espérance de vie est une des meilleures du monde, mais cette performance n’est pas uniquement liée à la nutrition. La génétique est peut-être aussi l'une des raisons. Béatrice de Reynal, nutritionniste, a accepté de nous en parler au cours de cette interview.