Les gènes suppresseurs de tumeurs empêchent la prolifération des cellules tumorales. © Christoph Burgstedt, Fotolia

Santé

Suppresseur de tumeur

DéfinitionClassé sous :génétique , anti-oncogène , gène suppresseur de tumeur
 

Un gène suppresseur de tumeur ou anti-oncogène a pour fonction d'empêcher l'emballement de la division cellulaire. S'il est introduit dans une cellule cancéreuse, il a tendance à ralentir la prolifération cellulaire. Ces gènes peuvent par exemple favoriser la mort cellulaire programmée ou en ralentir le cycle. La recherche médicale s'intéresse beaucoup à ces gènes qui pourraient aider à combattre le cancer.

Lorsqu'une cellule devient cancéreuse, elle se met à se diviser de manière anarchique. Cela peut résulter de mutations touchant :

  • des proto-oncogènes, c'est-à-dire des gènes qui, une fois mutés, peuvent favoriser des cancers ;
  • des anti-oncogènes ou gènes suppresseurs de tumeur, des gènes qui en temps normal limitent la prolifération cellulaire.

Deux gènes suppresseurs de tumeur

Voici deux exemples de gènes suppresseurs de tumeur :

  • Bim fait partie de la famille des Bcl-2. C'est un gène pro-apoptotique, c'est-à-dire qui favorise l'apoptose, la mort programmée des cellules. Dans de nombreux cancers, on observe des mutations dans le gène Bim. S'il est muté, les cellules, au lieu d'être éliminées, prolifèrent.
  • Le gène p53 code pour un facteur de transcription qui contrôle de nombreux gènes. Il intervient dans la transition entre la phase G1 et la phase S (phase de synthèse d'ADN), dans le cycle cellulaire. Il joue aussi un rôle dans la transcription de gènes qui favorisent l'apoptose. Il est très souvent muté dans les cancers.

Cancer : mieux comprendre les tumeurs pour mieux les combattre  Futura-Sciences s’est rendu au Centre de recherche en cancérologie de Marseille pour comprendre les premières étapes nécessaires dans la lutte contre le cancer. Du dérèglement moléculaire des cellules jusqu’au diagnostic de la gravité de la tumeur. 

À voir aussi :