Les noyaux suprachiasmatiques sont le siège de l’horloge biologique humaine, permettant l’alternance veille-sommeil. © olly, Fotolia

Santé

Noyau suprachiasmatique

DéfinitionClassé sous :cerveau , noyau suprachiasmatique , chiasma

Les noyaux suprachiasmatiques, ou NSC, sont deux structures situées à la base de l'hypothalamus, au-dessus du chiasma optique (d'où leur nom).

Les NSC comptent plusieurs dizaines de milliers de neurones. Le GABA est un neurotransmetteur présent dans les NSC. Les neurones des NSC fabriquent aussi de la vasopressine.

Les NSC et notre horloge biologique

Les noyaux suprachiasmatiques jouent un rôle d'horloge biologique pour les rythmes circadiens (sur 24 heures). Sur une journée, le sommeil, l'appétit, la température corporelle évoluent de manière cyclique. Des fibres de la voie visuelle vont dans les noyaux suprachiasmatiques et influencent le rythme biologique quotidien de l'individu. Les informations visuelles qui arrivent aux NSC leur permettent de se synchroniser avec la lumière du jour. Toutefois, les NSC peuvent aussi conserver une activité autonome : un individu isolé, sans repère temporel, conserve quand même un rythme veille-sommeil.

Des axones vers l’hypothalamus ou la glande pinéale 

Les axones qui partent des noyaux suprachiasmatiques se projettent vers l'hypothalamus ou la glande pinéale (ou épiphyse) qui fabrique la mélatonine, aussi appelée « hormone du sommeil ». Lorsque la luminosité baisse le soir, le taux de mélatonine augmente, ce qui a pour effet de diminuer la température corporelle et de faciliter l'endormissement. Le matin, la quantité de mélatonine diminue quand la luminosité augmente.

Cela vous intéressera aussi

Luna, le drap-housse connecté qui rend votre lit intelligent  Après la montre, la cafetière et le réfrigérateur connectés, voici Luna, la housse de matelas connectée. Derrière ce surprenant concept un brin improbable, se cachent en réalité de nombreuses fonctions plutôt intéressantes. En voici quelques-unes en vidéo.