Quels sont les bienfaits de la méditation ? Après cinq séances de vingt minutes, la plupart des « méditants » ont remarqué une diminution de leur niveau de stress, d’anxiété, de dépression, de colère et de fatigue. © Evdokimov Maxim, shutterstock.com

Santé

Top 5 des bienfaits de la méditation

ActualitéClassé sous :vie , cerveau , Corps humain

De plus en plus d'études scientifiques s'intéressent aux bienfaits de la méditation. Cette pratique peu coûteuse, facile à mettre en œuvre, sans effets secondaires, semble favoriser la concentration, limiter les problèmes cardiovasculaires et réduire la douleur.

  • La méditation est une pratique relaxante qui peut aider à gérer le stress et l'anxiété.
  • Elle favorise l'attention et la mémoire.
  • Les personnes qui pratiquent la méditation semblent plus résistantes à la douleur.
  • La méditation favoriserait également la santé cardiovasculaire et l'immunité.

La méditation gagne en popularité, en particulier la méditation de pleine conscience. Mais que peut apporter la pratique de la méditation à votre santé ? Voici cinq bonnes raisons de vous y intéresser.

1. La méditation favorise le bien-être mental

Différentes études ont montré que la méditation limite le stress, l'anxiété et le risque de dépression. Ainsi, dans une étude belge portant sur 400 jeunes âgés de 13 à 20 ans, ceux qui ont suivi un programme de mindfulness montraient moins de signes de dépression, d'anxiété et de stress que les autres, jusqu'à six mois plus tard. Ces jeunes avaient moins de risque de développer des symptômes dépressifs. En 2014, une revue ayant analysé 36 essais cliniques randomisés contrôlés a montré que la méditation pouvait réduire les symptômes de l'anxiété.

De manière générale, la méditation améliore l'humeur et le bien-être psychologique, comme a pu le montrer une étude britannique. Enfin, une étude indienne a trouvé que la méditation réduit les effets du stress et favorise la relaxation chez des adultes qui n'en ont jamais pratiqué.

2. La méditation stimule le cerveau

La méditation favorise l'attention, la mémoire et limiterait les effets de l'âge sur le cerveau. Ainsi, des chercheurs de Harvard ont montré que la méditation accroît la quantité de matière grise liée à la concentration dans le cerveau. Pour arriver à ce résultat, ils ont mené une expérience sur 16 personnes ayant suivi un programme de méditation de pleine conscience de huit semaines. Les participants ont été comparés à un groupe de 17 témoins. Des IRM ont montré que la matière grise augmentait dans les zones du cerveau impliquées dans l'apprentissage, la mémoire et le contrôle des émotions.

De même, dans une étude de l’université de Californie, des participants arrivaient mieux à se concentrer sur des tâches répétitives grâce à la pratique de la méditation. Dans une autre étude menée sur 48 adultes souffrant d'un déficit de l'attention, ceux qui suivaient une thérapie utilisant la mindfulness réduisaient leur hyperactivité, leur impulsivité, et donc leurs problèmes d'inattention.

La méditation pourrait aider à gérer la douleur. © puhhha, Fotolia

3. La méditation réduit la douleur

Plusieurs études ont montré que la pratique de la méditation est bénéfique contre la douleur. Par exemple, des chercheurs de l'université de Californie ont comparé 12 personnes qui avaient une longue pratique de la méditation et 12 témoins. Les personnes qui étaient aguerries à la méditation avaient des réponses cérébrales à la douleur inférieures de 40 à 50 % par rapport aux témoins. Lorsque les 12 témoins ont appris pendant cinq mois la méditation transcendantale, ils ont eux aussi connu une réduction de leur réponse cérébrale à la douleur.

4. La méditation serait bonne pour notre santé cardiovasculaire

Dans une étude de 2012, 200 personnes à risque cardiovasculaire ont suivi soit des séances pour promouvoir une meilleure alimentation et de l'exercice, soit des séances sur la méditation transcendantale. Les participants ont été suivis pendant cinq années. Les chercheurs ont trouvé que ceux qui avaient suivi les séances de méditation avaient réduit de 48 % leur risque de crise cardiaque, d'AVC et de décès. Ces changements étaient associés à une pression sanguine plus basse. Une étude indienne a aussi montré que la méditation permet de réduire le rythme cardiaque et le rythme respiratoire.

5. La méditation est favorable à l'immunité

Une étude a montré que la méditation de pleine conscience a des effets sur les gènes : les gènes pro-inflammatoires sont moins exprimés, ce qui explique que l'organisme se rétablit plus facilement après une situation stressante. Dans une étude qui a comparé la mindfulness à d'autres interventions (musicothérapie, exercice, éducation à la nutrition), les techniques de cette dernière étaient les plus efficaces pour soulager les symptômes inflammatoires.

Pour en savoir plus

Les bienfaits de la méditation validés par la science

Article de Relaxnews paru le 27 juillet 2016

Des chercheurs américains viennent d'apporter une nouvelle preuve que la méditation diminue les symptômes des troubles anxieux et améliore l'attention, la mémoire, l'immunité, la gestion des émotions, les performances cognitives et scolaires, tout comme la créativité.

Selon les chercheurs de la Texas Tech University faculty aux États-Unis, un programme de méditation élaboré en Chine dans les années 1990, l'IBMT (Integrated Body & Mind Training), s'adresserait tout particulièrement à deux zones spécifiques du cerveau, appelées cortex cingulaire antérieur et cortex préfrontal moyen adjacent, impliqués, d'une part, dans l'attention et la mémoire et, d'autre part, la prise de décision, l'empathie et l'émotion.

La technique, appelée en français « gymnastique intégrée du corps et de l'esprit », repose sur des exercices de relaxation, de respiration, des postures et des visualisations mentales. Ce protocole permet d'accéder progressivement et plus facilement à la méditation, qui requiert le contrôle des pensées.

À l'issue de cinq séances de 20 minutes animées par un instructeur, la plupart des « méditants » ont remarqué une diminution significative de leur niveau de stress au quotidien, d'anxiété, dépression, colère et fatigue et une meilleure attention. Par ailleurs, ils ont vu leur comportement s'améliorer sur le plan émotionnel, cognitif et social.

Selon une étude, combiner des séances de méditation et de sport deux fois par semaine durant deux mois réduisait les symptômes associés à la dépression de 40 %. © Dean Drobot, shutterstock.com

Améliorer le niveau d’attention et réduire les symptômes de la dépression

En conclusion, les chercheurs préconisent de pratiquer régulièrement pour apprendre à se maîtriser physiquement et émotionnellement. Autrement dit, prendre conscience de ses pensées en mettant en place une juste distance entre soi et ses émotions.

Par ailleurs, les personnes souffrant de troubles de déficit de l'attention ou hyperactivité, ou ayant des difficultés d'apprentissage, pourraient bénéficier de la méthode pour améliorer leur niveau et leur attitude scolaire.

Une précédente étude américaine, parue dans la revue Translational Psychiatry a montré que combiner des séances de méditation et de sport deux fois par semaine pendant deux mois réduisait les symptômes associés à la dépression de 40 %.

Des chercheurs américains de la Carnegie Mellon University ont, quant à eux, observé que 35 chômeurs stressés qui avaient médité développaient fortement dans leur cerveau la connexion d'un certain réseau de neurones, lié au repos. Or, ce réseau était défaillant chez les sujets dans des régions importantes du cerveau qui commandent l'attention et le contrôle exécutif, c'est-à-dire le processus qui oriente nos comportements.

Interview : peut-on numériser la conscience ?  La science fonctionne souvent par biomimétisme, c'est-à-dire en s'inspirant du vivant. Numériser la conscience humaine est donc une étape logique dans la création d’une intelligence artificielle censée simuler ou outrepasser nos capacités. Futura-Sciences a rencontré Jean-Claude Heudin, directeur du laboratoire de recherche de l’IIM (institut de l’Internet et du multimédia) afin de comprendre les difficultés d’une telle entreprise.