Santé

Au temps où les oisillons volaient

ActualitéClassé sous :vie , oiseau , fossile

Par Jean-Luc Goudet, Futura

Figé dans son œuf, un oisillon attend l'éclosion depuis le crétacé inférieur et nous raconte la vie des probables ancêtres des oiseaux : ils vivaient déjà dans les arbres mais savaient voler très tôt.

Sur cette vue d'artiste, ce probable ancêtre des oiseaux attend l'éclosion depuis 121 millions d'années. Rien à voir avec nos oisillons nus et fragiles : à peine éclos, il pouvait sans doute quitter le nid. Zongda Zhang, Science.

Avec ses 121 millions d'années, le fossile, décrit dans Science et découvert par Zhonghe Zhou et Fucheng Zhang, de l'Institut de Paléo-anthropologie des Vertébrés de Beijing (Pékin), compte parmi les plus vieux oiseaux connus. Recroquevillé dans un espace ovale, de 20 à 35 millimètres de diamètre, l'animal évoque furieusement un embryon dans son œuf. Ce serait une certitude s'il ne manquait pas la coquille. Mais, bien qu'ils n'expliquent pas cette absence, les chercheurs chinois en sont sûrs : ce petit oiseau est mort avant l'éclosion de son œuf.

Et que nous raconte-t-il ? Beaucoup de choses ! Bien conservé, il montre un squelette complet, aux os durcis et le corps porte des plumes bien formées. Or, les oiseaux actuels naissent nus avec des os à peine durcis, et sont incapables de s'envoler. Pourtant, la posture du fossile est incontestablement celle d'un animal dans son œuf. Il doit donc s'agir d'un embryon au stade tardif, proche de l'éclosion. Costaud et plumé dès la naissance, cet oiseau du Crétacé inférieur ne s'attardait sans doute pas dans son nid natal, ressemblant en cela à ses probables proches ancêtres, les dinosaures.

Oiseau primitif mais déjà arboricole

Par rapport à nos oiseaux actuels, il lui manque... des dents ! En effet, les oisillons possèdent sur le bec une protubérance calcaire, appelée diamant ou dent de l'œuf, qui leur sert à briser la coquille au moment de l'éclosion. L'ancêtre, lui, en, était dépourvu.

Ses griffes de bonne taille indiquent que l'animal vivait dans les arbres. Cette déduction est compatible avec ce que l'on sait de l'endroit où il a été découvert : la province de Liaoning au nord-est de la Chine actuelle, était à l'époque une région boisée, parcourue de rivières et parsemée de lacs, mais aussi de volcans actifs.
La posture de l'embryon excluant que l'œuf ait été traîné sur une longue distance, les deux chercheurs suggèrent que le nid a dû tomber dans l'eau et rester fiché dans la vase. Peut-être est-il tombé à la suite d'une éruption volcanique, et dans ce cas bouilli sur place dans l'eau chauffée par la lave.

A quelle espèce appartient-il ? On l'ignore mais les scientifiques le rangent volontiers dans le groupe des Enantiornithes (ou Enantiornithines). Un choix facile : c'est le groupe d'oiseaux le plus commun dans cette partie du monde pour le Crétacé.

Des cousins tous chinois

De cette même région du Liaoning vient également un autre ancêtre des oiseaux, décrit le même jour dans la revue Nature. Parmi les auteurs de l'article figure d'ailleurs le même Zhonghe Zhou. Mais ce fossile-là est différent : il porte des plumes sur les pattes arrière, comme le Microraptor, cet invraisemblable reptile biplan dont les quatre membres faisaient office d'ailes, découvert en 2003, lui aussi dans cette même région.

Depuis plusieurs années, la province du Liaoning est en effet devenue un haut lieu de production de fossiles d'ancêtres d'oiseaux et de dinosaures à plumes, datant du crétacé inférieur, entre 140 et 100 millions d'années. Un livre ouvert que l'on n'a pas encore fini de lire...

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.