Santé

Spécial 250 ans de Mozart : sa musique rend-elle plus intelligent ?

ActualitéClassé sous :vie , musique , Mozart

Le 27 Janvier 1756, Wolfgang Amadeus Mozart naissait à Salzbourg. 250 ans plus tard, le musicien le plus renommé au monde continue de faire vibrer les cœurs des amateurs de musique classique, de faire danser les archets de millions de violonistes passionnés, et de susciter l'enthousiasme des scientifiques.

L'effet Mozart : Entre Metallica et Mozart, lequel rend le plus intelligent ?

En effet, si le célèbre « effet Mozart » s'apparente aujourd'hui à un levier commercial, avec la multiplication de livres et de disques censés « ouvrir l'esprit » des jeunes enfants, on ne sait toujours pas si, oui ou non, écouter du Mozart rend plus intelligent.

Le CD "Music for Children", censé rendre les enfants plus intelligents Alors, l'effet Mozart, mythe ou réalité ? (Crédits : The Children's Group Inc.)

De l'effet thérapeutique de Mozart...

Il y a plus de 2000 ans, Platon considérait déjà que la musique aiguisait l'esprit : « La musique est un instrument plus puissant que tout autre pour l'enseignement, et les enfants devraient apprendre la musique avant toute chose. ».

Le concept d'effet Mozart est apparu dans les années cinquante, quand Alfred Tomatis, surnommé Docteur Mozart, a étudié l'influence de la musique sur l'homme. Après avoir posé l'hypothèse que les hautes fréquences étaient bénéfiques pour le corps humain, et les basses fréquences néfastes, il a remarqué que les premières foisonnaient dans les œuvres de Mozart, et a élaboré une « oreille électronique », sous la forme d'un filtre ne gardant que les fréquences élevées.

Le musicothérapeute a ensuite vérifié que sa méthode permettait de lutter efficacement contre les troubles du comportement, la dépression et les problèmes de concentration. L'effet Mozart était né.

... A son effet sur le QI

L'étude de l'effet Mozart a fait un bond en avant en 1993, par le biais d'une étude menée par le docteur Frances Rauscher de l'Université de Californie, à Irvine. Après avoir fait passer à 36 étudiants en psychologie un test de QI, les chercheurs ont formé trois groupes :

  • Les membres du premier groupe devaient observer pendant 10 minutes un silence complet ;
  • Les membres du second groupe devaient s'immerger pendant 10 minutes dans une musique de relaxation ;
  • Les derniers participants devaient écouter un extrait de la Sonate pour 2 pianos en ré majeur de Mozart.

A l'issue de ces 10 minutes, les élèves ont subi un nouveau test de QI spatial. Les résultats étaient édifiants : en effet, les étudiants plongés dans la musique de Mozart avaient obtenu 8 à 9 points supplémentaires, tandis que les deux autres groupes avaient obtenu des résultats conformes à ceux de la première épreuve. Frances Rauscher en avait déduit, à l'époque, qu'il existait une corrélation entre la musique et les capacités au raisonnement spatial. Il avait également remarqué que cet effet ne durait qu'une dizaine de minutes.

Résultats de l'étude concernant l'effet Mozart, menée en 1993 à l'Université de Californie (Crédits : Center of the Neurobiology of Learning and Memory, University of California)

L'effet marketing de Mozart

Ces conclusions avaient mis la communauté scientifique en émoi, et, par la suite, de nombreuses équipes avaient essayé de reproduire ce test pour vérifier la validité de l'effet Mozart. Mais la plupart sans résultat. Face à ces nouvelles données, les médias n'avaient pas hésité à crier à la supercherie. Et, de son côté, Frances Rauscher n'avait pas non plus hésité à dénoncer l'éternelle recherche de sensationnalisme de la presse, qui, selon lui, menaçait la crédibilité des scientifiques aux yeux du grand public : « Je crois essentiel de permettre aux enfants de participer à des expériences culturelles enrichissantes. Par contre, je crois que l'argent serait mieux utilisé s'il était injecté dans des programmes d'éducation musicale. » avait-il ironisé dans un entretien accordé au Times.

Si de nombreux scientifiques s'accordent à dire aujourd'hui que ce n'est pas Mozart qui « rend plus intelligent », mais qu'un disque de Metallica peut avoir le même effet - le principal étant la stimulation du cerveau - des opportunistes n'hésitent pas à profiter de « l'effet marketing de Mozart ». En effet, le musicothérapeute Don Campbell a édité une série de disques censés « ouvrir l'esprit des plus jeunes », et d'autres aux titres aussi évocateurs que « Guérir le corps » ou « Fortifier l'esprit ».

  L'effet Mozart a donc deux interprétations : la première, largement partagée, attribue à la musique de Mozart des propriétés thérapeutiques bénéfiques permettant, entre autres, de lutter efficacement contre les troubles du sommeil et de la concentration, et d'apaiser les tics compulsifs du syndrome de la Tourette. La seconde, davantage sujette à caution, considère que faire écouter aux enfants de la musique de Mozart développe l'esprit et rend « plus intelligent ». Et alors, qu'en est-il de l'effet de la musique de Mozart sur les plantes vertes ?