Santé

Retour sur la prise d'otage à Moscou

ActualitéClassé sous :vie

-

L'intervention des forces spéciales russes a mis fin à la prise d'otages à Moscou commencée Mercredi dernier. Une cinquantaine de tchétchènes fortement armés avaient pris environ 800 personnes en otage dans un théâtre de Moscou. Le bilan (encore provisoire) fait état de 119 morts, dont 117 à cause du gaz employé par les forces spéciales russes. 243 personnes sont toujours hospitalisées, dont 14 sont dans un état critique.

Image de la télévision russe : Les forces spéciales juste avant l'intervention.

La motivation du commando tchétchène était l'arrêt immédiat de la guerre en Tchétchènie et le retrait des troupes russes. Ils avaient disposé des bombes autour du théâtre; certains membres du commando possédaient aussi des ceintures d'explosifs et se disaient prêts à actionner les bombes en cas d'attaque. L'assaut des troupes russes a été ordonné, après que des coups de feu aient retenti dans l'enceinte du théâtre, laissant penser que le commando avait commencé à exécuter des otages.

Lors de l'assaut, les forces spéciales russes ont projeté dans le théâtre du gaz "incapacitant" afin d'éviter que le commando ne mette à exécution sa menace de faire exploser le théâtre.
Les autorités russes ont longtemps refusé de divulguer la nature du gaz utilisé. Cela a entraîné les spéculations les plus variées, certains parlant de l'utilisation du gaz sarin, d'autres du gaz "BZ" (anti-cholinergique causant des hallucinations et une désorientation). Cependant ce gaz met plusieurs heures à agir alors que les forces russes sont intervenues en quelques secondes. De plus l'utilisation d'un gaz hallucinogène semble être très risqué avec des personnes chargées d'explosifs !

Quel gaz a été utilisé ?

D'après le ministre russe de la santé, le gaz utilisé est un narcotique opiacé (le Fentanyl). Le fentanyl est un analgésique très similaire à la morphine, mais beaucoup plus actif et ayant une action très rapide. A forte concentration, il s'accumule dans le cerveau bloquant les fonctions respiratoires. Les effets secondaires connus sont une somnolence, une hypotension artérielle et une rigidité musculaire. En fait, il faut noter que plus qu'un gaz c'est probablement un aérosol qui a été utilisé. Cela confirme la version de certains témoins parlant d'un brouillard gris.

Le fentanyl est souvent associé à l'halothane. L'avantage d'une telle combinaison est de prolonger les effets des gaz en limitant les effets toxiques de l'halothane.

L'halothane est un anesthésique qui inhibe de manière réversible le système nerveux central. Cet anesthésique utilisé dans les années 1980 a pratiquement été abandonné depuis en raison de ses effets secondaires et de la difficulté à maîtriser les doses utilisées. Des traces de cet anesthésique ont d'ailleurs été mises en évidence dans le sang et les urines de deux ex-otages allemands. Cependant les médecins n'excluent pas la possibilité que celui-ci ait été utilisé pour limiter les effets toxiques du gaz utilisé.

Mauvais dosage ou mauvais état de santé des otages?

De l'avis de tous, il était primordial que le gaz agisse rapidement. Les concentrations utilisées ont donc peut-être été surévaluées afin que le gaz soit efficace le plus rapidement possible. Il faut savoir que la dose létale des opiacés est uniquement 6 fois supérieure à la dose nécessaire en anesthésie. Cela implique que si les preneurs d'otages ont été exposés à une dose les mettant hors d'état de nuire en 1 minute, les otages qui ont continué de respirer ont inhalé une dose létale en seulement 6 minutes. D'après le gouvernement russe, le mauvais état de santé des otages (déshydratés, manque de nourriture, immobilisation) serait en partie responsable de la mort de nombreux otages.

Cependant certains médecins critiquent déjà le manque d'information. La connaissance précoce du gaz utilisé aurait sans doute permis de sauver quelques vies, en administrant rapidement l'antidote adéquat. Si l'agent utilisé était bien un narcotique (ce qui semble être le cas) alors un traitement à base de naloxone aurait été efficace, ce qui semble avoir été le cas pour certains otages.

LEXIQUE:

Opiacé : Les opiacés peuvent être naturels ou synthétiques. Naturellement ils sont extraits à partir du suc de pavot. L'opium, la morphine, l'héroine (dérivé de la morphine) et la codéine sont tous des opiacés.

Narcotique : Un narcotique est une substance qui assoupit, engourdit la sensibilité. Narcotique vient du grec narkè qui signifie "torpeur". Les narcotiques entrainent un ralentissement des fonctions vitales et/ou de l'activité psychique, ainsi qu'une diminution de la sensibilité.

Analgésique : Un analgésique est une substance ayant pour but d'abolir la sensation de douleur sans agir sur la cause. Les analgésiques narcotiques agissent sur le système nerveux central. Ils entraînent une pharmacodépendance.

Par Olivier Namy - Futura-Sciences UK