Santé

Les primates ont le sens de la justice

ActualitéClassé sous :vie , primates , expériences

CIRS

Les primates non humains répondent négativement à une distribution inégale de récompense. Ce genre de réaction est habituellement constaté chez les humains et se fonde sur leur sens universel de la justice. Tel est le résultat d'expériences, les premières du genre, dirigées par Sarah Brosnan et Frans de Waal au Yerkes National Primate Research Center de la Emory University.

Les primates ont le sens de la justice

Le sens de la justice est nécessaire pour vivre dans des groupes complexes et de grande taille, fait remarquer Brosnan; il s'agirait d'une capacité innée ayant évolué chez nos ancêtres primates, pense-t-elle.

Dans leur étude, les chercheurs ont procédé à des échanges mettant en jeu de la nourriture. Les sujets étaient des singes capucins bruns. Ces derniers refusaient une récompense (concombre) s'ils constataient que leurs partenaires recevaient une récompense de plus grande valeur (grains de raisins) pour un travail égal ou inférieur. Ce comportement est similaire aux réponses humaines négatives lorsque d'autres individus reçoivent un meilleur partage. Les humains renoncent à une récompense parce que cela ne correspond pas à ce qu'ils attendent ou pensent être conforme à la justice.

De tels comportements vont à l'encontre de thèses traditionnelles des scientifiques ou des économistes. D'après celles-ci, les décisions économiques sont rationnelles. Les expériences menées sur les singes indiquent que le sens émotionnel de la justice joue un rôle-clé dans la prise de décision et vont dans le sens des positions d'une nouvelle école de pensée, selon laquelle la prise de décision économique serait basée autant sur le sens émotionnel de la justice que sur des considérations rationnelles.

Plus précisément, les chercheurs ont constaté, lors de leurs expériences, que les capucins acceptaient dans 95 % des cas la récompense lorsque le sujet et son partenaire recevaient tous deux un concombre pour une même quantité de travail. Ce taux tombait à 60 % lorsque le sujet constatait que le partenaire recevait des grains de raisins pour accomplir la même quantité de travail. Il chutait à 20 % lorsque le partenaire recevait une récompense de plus grande valeur pour une quantité moindre de travail.

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.