Santé

Les microorganismes de Yellowstone préfèrent l'hydrogène au soufre

ActualitéClassé sous :vie , yellowstone , microorganisme

Les microorganismes des sources hydrothermales du célèbre Parc National Yellowstone dans le Wyoming tirent la plus grande part de leur énergie de l'hydrogène, et non du soufre comme on le pense généralement.

Concrétion de soufre sur l'île de white Island

Trois pistes de recherches conduites sur plusieurs années ont mené une équipe de l'Université du Colorado à Boulder à cette conclusion. Les chercheurs ont d'abord étudié la composition phylogénétique de populations microbiennes vivant dans les sources d'eau chaude de Yellowstone à plus de 70°C.

Les analyses moléculaires ont montré que la majorité de la biomasse de ces systèmes est composée d'organismes utilisant l'oxydation de l'hydrogène pour s'approvisionner en énergie. Norman Pace et ses collègues ont par ailleurs pour la première fois évalué les concentrations en hydrogène d'évents hydrothermaux situés à travers tout le parc.

Toutes les mesures se sont révélées supérieures à 300 nanomoles, assez pour faire office de source énergétique. Enfin, des modèles thermodynamiques générés par ordinateur ont achevé d'esquisser le portrait d'un écosystème fondé sur un fonctionnement métabolique lié à l'hydrogène, et ce malgré une forte teneur en soufre. Ces travaux, parus dans les Proceedings of the National Academy (PNAS), sont intéressants à plus d'un titre. L'hydrogène est en effet l'élément le plus abondant de l'Univers. S'il y a de la vie ailleurs que sur Terre, avance l'un des auteurs, elle pourrait dépendre de cette molécule.