Santé

Hermaphrodisme chez les amphibiens

ActualitéClassé sous :vie

-

Hermaphrodisme chez les amphibiens : l'atrazine responsable ?

Crédits : IRD

Dans le monde entier, les amphibiens connaissent une période de déclin, parfois catastrophique, et certains biologistes soupçonnent un herbicide, largement utilisé dans les champs de céréales, d'interférer dans les fonctions endocriniennes des grenouilles, transformant jusqu'à un tiers des mâles en hermaphrodites porteurs d'ovules dans leurs testicules.

Deux séries d'études ne font que ranimer le débat, suivi de près par l'Environmental Protection Agency (EPA). Lors de la réunion à Salt Lake City (Utah) de la Society of Environmental Toxicology and Chemistry, une équipe de chercheurs en endocrinologie de l'Université de Californie à Berkeley (UCB) a fait le point sur ses rapports publiés dans The Proceedings of the National Academy of Sciences et dans Nature.

Lors d'expériences menées en laboratoire mais également dans la nature sur des populations sauvages, ils ont découvert qu'à des niveaux très élevés, l'atrazine, l'herbicide en question, transformait des grenouilles mâles en hermaphrodites.

Une équipe de Texas Tech University a essayé vainement de reproduire les résultats des chercheurs d'UCB. Syngenta, le fabricant de l'atrazine, a soutenu financièrement les travaux de ces deux équipes.
Quant aux travaux les plus récents d'UCB, ils ont été financés par la National Science Foundation, la W. Alton Jones Foundation et le World Wildlife Fund.

Les chercheurs soulignent que l'effet des produits chimiques ayant une répercussion sur les fonctions hormonales peut s'inverser au fur et à mesure que les niveaux d'absorption augmentent.

Etant donné qu'entre 30 000 à 35 000 tonnes d'atrazine sont utilisées chaque année aux Etats-Unis et que les traces en sont détectées dans les fleuves, les étangs, l'eau provenant de la fonte des neiges et l'eau pluviale, les scientifiques recommandent le lancement d'études à plus grande échelle pour vérifier l'hypothèse selon laquelle l'atrazine représente la cause principale du déclin des amphibiens.