Santé

Hawaii s'inquiète pour ses raies mantas !

ActualitéClassé sous :vie , mantas , raies

Les raies mantas comptent parmi les poissons les plus gros du monde... les plus fragiles aussi du fait de leur mode de reproduction plutôt lent. La pêche a déjà eu raison d'elles dans certaines régions du globe. Pour éviter cela dans leur archipel, les scientifiques et écologistes veulent mettre en place une nouvelle législation.

www.zerovisibility.co.uk

Koie est une habituée des eaux de la côte de Kona à Hawaii. Pourtant, cette fois-là, la grâcieuse raie manta dont les plongeurs apprécient toujours la compagnie n'était pas très à l'aise. Et pour cause ! Une ligne de pêche s'était enchevêtrée autour de son aile droite, ce n'est que 2 mois plus tard que la belle est revenue chercher de l'aide auprès des plongeurs, dont Keller Laros, co-fondateur de la Manta Pacific Research Foundation et caméraman sous-marin. Il le reconnaît volontiers : « elle nous a fait confiance... Elle aurait pu perdre son aile, et serait probablement morte ensuite ! ».

Laros est un fervent défenseur des raies mantas (Manta birostris). Sa plus grande crainte ? Voir arriver une pêche industrielle dans les eaux territoriales d'Hawaii qui ne sont pour l'instant régies par aucune règle de protection concernant ces énormes poissons cartilagineux. Ainsi, la pêche intensive a eu un impact néfaste sur les populations d'Indonésie, des Philippines et de Mexico. Les mantas sont d'abord recherchées pour la viande - un plat consommé dans certains pays asiatiques - et la peau. Mais depuis quelques temps, la demande a augmenté sur les marchés d'Asie. Ce sont les branchies, et plus précisément les branchiospines qui sont visées : elle sont réduites à l'état de poudre et utilisées en médecine traditionnelle.

Les raies mantas sont des animaux fragiles, même si elles sont comme toutes les raies, cousines directes des requins. Le moindre déséquilibre dans une population peut être fatal à leur survie. Elles ont un taux de reproduction faible car les femelles donnent naissance à un petit tous les 3 ans en moyenne, et par ailleurs, elles sont plutôt sédentaires. Le fait qu'elles ne migrent pas facilite grandement la tâche aux pêcheurs potentiels. Dans de telles conditions, on imagine aisément à quelle vitesse pourrait disparaître un groupe de cette espèce dans une région donnée ! Cependant, pour le moment, aucune menace réelle ne pèse sur les raies mantas d'Hawaii car les braconniers ne sont pas encore là. Sur la côte de Kona, par exemple, on estime la population régulière de mantas à une quarantaine d'individus et même si 85 auraient été identifiées ces 12 dernières années, les experts disent n'avoir observé qu'une seule femelle gestante dans ces eaux territoriales.

Bien sûr, tout le monde tient à elles... Hawaii est réputé dans le monde de la plongée comme un spot exceptionnel pour croiser les mantas. Selon la Manta Pacific Research Foundation, 11000 personnes auraient ainsi goûté à l'émotion d'une telle rencontre en 2002 autour de l'Ile Principale de l'archipel, que ce soit en apnée ou en plongée bouteilles. Ce type d'écotourisme particulier aurait rapporté 2,4 millions de dollars en revenus indirects à l'Etat, autant dire qu'une manta est bien plus précieuse en vie, que morte ! Pour les écologistes, il faut anticiper. Prendre des mesures de conservation au plus vite et instaurer une législation adaptée pour interdire toute capture ou abattage d'animaux liée à la pêche dans l'archipel s'avèrent indispensable... Bref, pour une fois : réagir avant qu'il ne soit trop tard.