Mieux vaut, quand c'est possible, aller à son travail en vélo qu’en voiture ou en empruntant les transports en commun. © Air Images, shutterstock.com

Santé

Le vélo, mieux que la marche pour mincir

ActualitéClassé sous :Sport , Corps humain , médecine

Une nouvelle étude menée sur 150.000 participants confirme que faire du vélo reste l'un des exercices les plus efficaces pour maintenir ou perdre du poids. C'est un moyen de transport dit "actif" pratiqué par 23 % des hommes et 24 % des femmes.

Des chercheurs britanniques de la London School of Hygiene and Tropical Medicine ont évalué la relation entre le moyen de transport et le risque d'obésité, chez 72.999 hommes et 83.667 femmes, âgés de 40 à 60 ans. Cette comparaison des différents modes de déplacement confirme que faire du vélo reste l'un des exercices les plus efficaces pour garder la ligne et même perdre du poids. Une base de données mise en place dans l'objectif d'améliorer la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies chroniques a permis d'établir ce constat.

D'après l'étude qui vient de paraître dans The Lancet, le moyen de transport le plus courant reste la voiture ou les transports en commun : 64 % des hommes, 61 % des femmes interrogées les utilisent. Les transports dits actifs (marche, vélo) concernent 23 % des hommes et 24 % des femmes.

Les participants qui se déplacent en vélo sont ceux qui ont l’IMC le plus faible, révèle l’étude. © Xavier Arnau, istock.com

Un IMC plus faible pour ceux qui se déplacent à vélo

Globalement, tous ceux qui n'utilisent pas la voiture ou les transports en commun pour aller travailler ont un taux de graisse corporelle réduit. Parmi les plus sportifs, ceux qui se rendent au bureau en vélo, par exemple, présentent un IMC (indice de masse corporelle) plus faible que leurs collègues qui marchent.

En effet, les participants qui se déplacent en vélo sont ceux qui ont l'IMC le plus faible. Concrètement, pour un homme d'âge et de poids moyens dans l'étude (53 ans, 1,76 m, 86 kg), cette conclusion équivaut à une différence de poids substantielle de 5 kg avec un homme qui utilise la voiture ou les transports en commun.

Selon les résultats, les cyclistes masculins présentent un IMC diminué de 1,71 kg/m2 et les cyclistes féminins un IMC diminué de 1,65 kg/m2 comparé à ceux qui n'utilisent que les transports passifs. La mesure du taux de graisse corporelle révèle les mêmes conclusions : il est également plus faible pour les cyclistes, soit réduit de 2,75 % pour les hommes et de 3,26 % pour les femmes. Dans une moindre mesure, les autres modes actifs de déplacement comme la marche permettent aussi de réduire de manière significative l'IMC et le taux de masse grasse. En conclusion, les chercheurs rappellent l'importance d'exploiter chaque occasion de pratiquer un peu d'exercice quotidiennement, de surcroît dans un mode de vie sédentaire.

Cela vous intéressera aussi

Notre second cerveau responsable de l'obésité ?  Raphaël Moriez, neurobiologiste à l’université de Nantes, explique le lien qu’il vient de découvrir avec ses collègues entre le système nerveux entérique, aussi appelé « second cerveau », et l’obésité. © Inserm