Les ophtalmologues doivent se préparer à l’épidémie de myopie annoncée. © Lapina, Shutterstock

Santé

La moitié d'entre nous sera myope en 2050

ActualitéClassé sous :Ophtalmologie , myopie , cataracte

Marie-Céline Jacquier, Futura-Sciences

La moitié de l’humanité, soit cinq milliards de personnes, devrait être myope en 2050, dont 20 % (un milliard) avec un risque de cécité, si les tendances actuelles se poursuivent. Les responsables : le manque d'activités en extérieur et le temps passé par les jeunes enfants sur des écrans.

La myopie est un trouble fréquent de la vision qui augmente le risque de pathologies oculaires comme la cataracte, le glaucome, le décollement de rétine et la dégénérescence maculaire, des affections qui peuvent toutes causer une perte de la vue. La fréquence de la myopie est particulièrement élevée en Asie de l'Est, où les myopes sont de plus en plus nombreux. Mais combien seront-ils dans le monde en 2050 ?

Des chercheurs de l'université de Nouvelle-Galles du Sud (Australie) et du Singapore Eye Research Institute ont voulu prévoir la prévalence globale de la myopie à l'horizon 2050. Pour cela, ils ont réalisé une revue systématique et une méta-analyse d'articles en utilisant des données publiées depuis 1995. Ils ont inclus 145 études rassemblant 2,1 millions de personnes. Ils ont ainsi estimé qu'en 2000 il y avait dans le monde 1.406 millions de personnes myopes (soit 22,9 % de la population mondiale), dont 163 millions de personnes avec une forte myopie.

Les projections pour 2050 prédisent 4.758 millions de personnes myopes (49,8 % de la population mondiale) et 938 millions de personnes avec une forte myopie. La prévalence de la myopie va donc doubler et celle de la myopie forte sera multipliée par cinq. D'après les auteurs, le nombre de personnes qui risquent de perdre la vue à cause de la myopie sera multiplié par sept entre 2000 et 2050, la myopie deviendrait la principale cause de cécité. Ces résultats paraissent dans la revue Ophtalmology.

Les jeux sur écrans nécessitent une concentration constante sur des objets proches. Un facteur de myopie. © Oksana Kuzmina, Shutterstock

La prévention passe par des jeux en extérieur plutôt que sur un écran

L'augmentation rapide de la prévalence de la myopie est globalement attribuée à des facteurs environnementaux : les changements de modes de vie, avec moins de temps passé en extérieur, et l'utilisation des outils numériques chez les enfants. La prédisposition génétique peut aussi jouer un rôle mais elle ne peut pas expliquer les tendances observées à la hausse sur une aussi courte période.

Les projections des chercheurs tiennent compte du fait que ces modes de vie devraient continuer à se répandre dans le monde. L'augmentation de la fréquence de la myopie a déjà été observée dans certaines régions du monde. Par exemple, en 2000, 21 % des étudiants taïwanais de 18 ans avaient une forte myopie, contre seulement 10,9 % en 1983.

Les résultats soulèvent un problème majeur de santé publique car les systèmes de santé devraient se préparer à la rapide augmentation du nombre de myopes : la recherche devra trouver des traitements et des moyens de prévenir les formes graves de myopie. Pour Kovin Naidoo, directeur général du Brien Holden Vision Institute, un des auteurs de l'article, il faudra par exemple s'assurer que les enfants soient dépistés chaque année afin de mettre en place des stratégies de prévention chez les personnes à risque. Ainsi, il suggère, pour prévenir la myopie, que les enfants passent plus de temps à l'extérieur et moins à des activités proches des yeux, comme les jeux sur écran.

Kezako : peut-on vraiment faire confiance à nos yeux ?  L’œil humain peut différencier près de huit millions de nuances de couleurs. Pourtant, cet organe si avancé ne donne que peu d’informations à notre cortex pour créer une image. Alors que se passe-t-il exactement lorsque nous voyons ? Unisciel et l’université de Lille 1 nous expliquent, avec le programme Kézako, le fonctionnement de ce surprenant organe. 

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.