Santé

Le zinc, un oligo-élément important pour l’immunité

ActualitéClassé sous :Nutrition , oligo-élément , zinc

Le déficit en zinc pourrait être impliqué dans différentes maladies chroniques (maladies cardiovasculaires, cancer, diabète) dans lesquelles l'inflammation joue un rôle. Les personnes âgées sont plus à risque pour le déficit en zinc.

Les huîtres sont riches en zinc. © Oregon State University, CC by sa 2.0

Le zinc est un oligo-élément essentiel pour de nombreux processus biologiques, comme la croissance, la fonction neurologique ou l'immunité. Il se trouve dans des aliments riches en protéines comme la viande et les fruits de mer (les huîtres sont particulièrement riches en zinc). Les personnes âgées ont tendance à manger moins d'aliments riches en zinc et leur organisme ne l'absorberait pas et ne l'utiliserait pas aussi bien, ce qui explique qu'elles risquent davantage d'en manquer.

Dans une étude, des chercheurs de l'université de l'État de l'Oregon ont voulu comprendre les relations entre le déficit en zinc et l'inflammation. Pour cela, ils ont utilisé des cultures cellulaires humaines et un modèle de souris. Leurs résultats paraissent dans la revue Molecular Nutrition & Food Research.

Lors de leurs travaux, les chercheurs ont montré que le déficit en zinc stimule la réponse inflammatoire en provoquant une activation inappropriée des cellules immunitaires. « Quand vous faites disparaître le zinc, les cellules qui contrôlent l'inflammation semblent s'activer et répondre différemment ; ceci conduit les cellules à favoriser l'inflammation », explique Emily Ho, principale auteure de l'étude.

Les personnes âgées seraient plus touchées par le déficit en zinc. © Julius Dillier, Flickr, CC by nc nd 2.0

Le déficit en zinc lié à l’inflammation chez les personnes âgées

Plus précisément, le déficit en zinc stimulait la réponse inflammatoire en induisant la déméthylation du promoteur de la cytokine IL-6, une protéine impliquée dans l'inflammation. Le déficit en zinc agissait donc sur la cytokine IL-6 par des mécanismes épigénétiques. La diminution de la méthylation du promoteur d'IL-6 s'observait aussi chez des souris âgées et dans des cellules immunitaires humaines de personnes âgées.

Les chercheurs ont aussi comparé les niveaux de zinc dans des souris, jeunes et âgées : les plus âgées avaient des niveaux de zinc bas. Or chez les personnes âgées, les défauts immunitaires liés à l'âge, comme l'inflammation chronique, coïncident avec un déclin du statut en zinc. Pour Emily Ho, ces travaux suggèrent un lien entre le déficit en zinc et l'augmentation de l'inflammation qui peut avoir lieu avec l'âge.

L'organisme ne peut pas stocker le zinc, ce qui implique des apports réguliers. Les apports journaliers recommandés en zinc pour les adultes sont 8 mg pour les femmes et 11 mg pour les hommes, quel que soit l'âge. Mais pour prévenir le risque de déficit, Emily Ho estime que ces recommandations devraient être revues pour les personnes âgées : « Nous pensons que le déficit en zinc est probablement un problème plus important que ce que les gens croient ».