Santé

Science décalée : pourquoi les Hobbits gagnent toujours à la fin ?

ActualitéClassé sous :Nutrition , Hobbit , Bilbo

Par Janlou Chaput, Futura

Les Hobbits, ces petits personnages de l'univers de J. R. R. Tolkien, héros du Seigneur des Anneaux et de Bilbo le Hobbit, paraissent bien frêles en comparaison des créatures maléfiques que le destin les pousse à affronter. Pourtant, ils gagnent toujours à la fin. Quel est leur secret ? Des chercheurs pensent que la réponse tient en quelques caractères : vitamine D.

Frodon et Sam sont deux des Hobbits jouant un rôle central dans la trilogie du Seigneur des Anneaux. Comme Bilbo des années avant eux, ils font face à une aventure pour laquelle ils ne paraissent pas prêts ni adaptés. Et pourtant, ils gagnent ! © Esteljf, deviantart.com, cc by nc nd 3.0

Semi-Hommes aux pieds velus et aux oreilles pointues, les Hobbits aiment leur tranquillité. Mais dans les aventures relatées par J. R. R. Tolkien, certains d'entre eux vont être amenés à sortir de leur quiétude et à affronter leur destin, qui modifiera fortement la géopolitique de la Terre du Milieu, sur laquelle ils vivent. Bilbo Baggins (en version originale) est le premier à vivre de telles aventures, dans un ouvrage célèbre, Bilbo le Hobbit. Embrigadé par une bande de Nains, il se retrouve à affronter des créatures plus terribles les unes que les autres. Pour ceux qui ne voudraient pas connaître la fin de l'histoire, ils peuvent s'arrêter ici et passer au paragraphe suivant. Pour les autres, qui connaissent déjà le dénouement, comment parvient-il à terrasser ces Trolls, ces Gobelins et ce dragon, avec l'aide de ses camarades ?

Des scientifiques de l'Imperial College de Londres pensent avoir une explication. Ce serait parce qu'à la différence de ses ennemis, Bilbo ne souffre pas d'une carence en vitamine D.

Le contexte : la vitamine D donne de la force

Le soleil est un paramètre important pour notre bonne santé. Du moins, lorsque ses rayons sont absorbés sans trop d'excès. Car les UVB permettent à notre peau de synthétiser une hormone et molécule importante : la vitamine D. Utile pour l'absorption du calcium et du phosphate par les intestins et les reins, elle intervient à différents niveaux de l'organisme, affectant par exemple l'ADN et protégeant de cancers ou des démences. On comprend donc en quoi une carence peut être délétère, notamment sur le fonctionnement des muscles squelettiques, dont les contractions sont possibles grâce au calcium et au phosphate.

L'exposition à la lumière naturelle n'est pas la seule façon de se procurer cette molécule indispensable. On peut également l'obtenir par l'alimentation. Fromage, jaune d'œuf, bœuf ou huile de sardines en sont même riches.

Des faits connus qui ont poussé le chercheur britannique Nicholas Hopkinson et ses collègues à émettre l'hypothèse que la vitamine D pourrait expliquer bon nombre de succès inattendus de la littérature. Comme celui de Bilbo sur ses ennemis. Hypothèse qu'ils pensent avoir validée dans The Medical Journal of Australia.

L’étude : Bilbo, Hobbit ultravitaminé

Bien que les Semi-Hommes apparaissent également dans la trilogie du Seigneur des Anneaux, les scientifiques ont limité leur étude aux personnages présents dans Bilbo le Hobbit. Le niveau de vitamine D de chacun était noté sur une échelle de 0 à 4, à partir de l'exposition au soleil et de son régime alimentaire. En parallèle, les auteurs ont pris soin de les classer en fonction de leur moralité (gentil ou méchant), ainsi que la situation à la fin de l'histoire (gagnant ou perdant).

Dans le livre original, Bilbo vit certes au fond d'un trou, à Cul-de-Sac, dans la Comté, mais le soleil y entre par la fenêtre. Le Hobbit apprécie également fumer la pipe dans son jardin. Et surtout, la visite impromptue de tous ces Nains dans sa résidence révèle son éclectisme alimentaire, puisqu'il offre à ces invités indésirables aussi bien du gâteau que du thé, de la confiture de framboise, du fromage, du pâté de porc, des cornichons, de la tarte aux pommes... Et d'autres encore. Il hérite donc de la note maximale de 4/4. Pour l'ensemble des héros victorieux, la note tourne à 3,4.

Gollum est un ancien Hobbit, rongé de l'intérieur par l'anneau unique forgé par Sauron, et vit dans le réseau de cavernes des monts Brumeux. Autant dire qu'il ne voit plus guère le soleil, ce qui doit affecter sa production de vitamine D. © Shadowfoot, Flickr, cc by nc sa 2.0

En revanche, leurs ennemis sont moins bien notés. Gollum, Hobbit dénaturé par l'anneau maléfique de Sauron, vit dans les grottes sombres des Monts Brumeux, se nourrissant de poissons. Smaug, le puissant dragon avide d'or repose sur son trésor dans les salles du mont Solitaire. Les Gobelins, eux aussi, se cachent dans la lumière et se nourrissent de cadavres. Enfin, les Trolls ne vivent que la nuit, et se transforment en pierre au moindre contact avec les rayons du Soleil. Tous possèdent une note moyenne de 0,2/4.

Les auteurs supposent donc que Bilbo doit son succès à son alimentation équilibrée et son goût pour la lumière, tandis que ses adversaires féroces pâtissent probablement de défaillances physiques, du fait d'une forte carence en vitamine D. Voilà pourquoi, malgré la supériorité numérique ou physique, ils se retrouvent systématiquement battus.

L’œil extérieur : le côté obscur de la force toujours mis à mal

Si cette étude est la première à apporter des éléments expliquant le succès des gentils dans les œuvres de fiction, elle reste confrontée à certaines limites. Les scientifiques supposent que ces créatures sont des mammifères et nécessitent les mêmes apports que nous. Postulat de base non vérifié. D'autre part, le récit de Tolkien ne se focalise pas sur le mode de vie de chacune d'elles. Les chercheurs ont dû extrapoler de ce qu'ils ont pu lire sans pouvoir vérifier par des observations.

D'autre part, une question demeure quant à la suite de l'histoire : Le Seigneur des Anneaux. Là encore il est question de Hobbits, notamment Frodon, chargé de détruire l'anneau que Bilbo lui confie. Si cette fois les armées ennemies comptent dans leurs rangs d'odieux Orcs et quelques Nazgüls qui potentiellement souffrent également de carences en vitamine D, le véritable adversaire est Sauron, maître des ténèbres. Or, ce génie du mal a perdu son corps en étant dépossédé de son anneau, et ne subsiste que son esprit : il ne peut donc plus subir les affres de la carence vitaminique. Pourtant, les Hobbits gagnent encore à la fin. D'autres caractéristiques pourraient ainsi contribuer à leur succès.

Reste à savoir si ce genre de conclusion peut être généralisé et concerner d'autres œuvres fictives. Pensons notamment à la saga Star Wars, dans laquelle les méchants, Dark Vador en tête, sont passés du côté obscur de la force. Et finissent là encore par perdre. D'autres études sont nécessaires pour faire la lumière sur la question.

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.