Santé

USA : alerte au virus du Nil occidental

ActualitéClassé sous :médecine , USA , amérique

-

Les cas d'infection au virus du Nil oriental (VNO) ont plus que triplé en une semaine aux Etats-Unis. Les spécialistes préviennent qu'il faut s'attendre à une épidémie de grande ampleur cette année qui devrait surpasser de loin les records de l'année précédente.

Image en microscopie électronique du virus du Nil occidental

En une semaine au moins 164 personnes dans 16 états différents ont été infectées par le virus, alors que la semaine dernière ce chiffre n'était que de 54. Jusqu'à présent le virus a tué 7 personne en 2003. Le virus semble se propager très rapidement, en effet les scientifiques notent que le 7 août de l'année dernière seulement 112 personnes dans 4 états étaient infectées. Or le pic d'épidémie correspond au mois d'août et de septembre, ce qui signifie que cette année l'épidémie débute donc avec un plus grand nombre de malades dans beaucoup plus d'états. En 2002 le virus avait infecté 4156 personnes et en avait tué 284.

Afin de lutter contre le virus les autorités américaines avaient lancé une grande campagne d'extermination des moustiques, vecteurs du virus, visiblement sans grands effets. Il a donc été demandé aux Américains de prendre d'importantes mesures de protection pour se prémunir de l'infection. Ces consignes suggèrent notamment d'installer des moustiquaires à toutes les fenêtres, de vider toute source d'eau stagnante dans lesquelles les moustiques pourraient se reproduire, ainsi que d'utiliser des répulsifs chimiques.

Un virus originaire d'Afrique

Le VNO est originaire d'Afrique et a fait sa première apparition en Amérique du Nord à New York en 1999. Il s'est répandu rapidement sur le continent américain et est devenu un virus endémique. Ce virus appartient à la famille des Flaviviridae et a été identifié pour la première fois en 1937 dans la région du Nil occidental au nord de l'Ouganda. En Europe, la présence du virus a été montrée pour la première fois chez des oiseaux dans un comté de l'Angleterre en août 2001. Ce virus est transmis par les piqûres de moustiques, qui ont préalablement piqué un animal infecté. Les chevaux et les oiseaux sont des hôtes naturels pour le virus, mais ils ne semblent pas capables de le transmettre directement aux hommes. Contrairement au SARS, le virus ne se transmet pas par contact entre personnes (c'est-à-dire par le toucher), ni par les voies orales ou respiratoires (toux et les éternuements). En revanche, il a été montré récemment que la transfusion sanguine, la greffe d'organe, ainsi que le lait maternel étaient aussi des modes d'infection possible par le virus, cependant aucun cas de transmission par ces moyens là n'a encore été mis en évidence.

Quels sont les symptômes ? les traitements ?

Les symptômes apparaissent entre 2 et 15 jours après l'infection et la grande majorité des infections (80 %) ne donnent lieu à aucun symptôme. Dans moins de 20 % des cas des symptômes grippaux légers sont diagnostiqués, pouvant ressembler à ceux d'une grippe. Enfin dans environ 1 % des cas les symptômes sont très sévères et peuvent être comparés à ceux d'une méningite ou d'une encéphalite. Les symptômes à surveiller sont donc de forts maux de têtes, une raideur de la nuque, des convulsions, des vomissements, des nausées, une anorexie, une forte fièvre. Ces symptômes pouvant aller jusqu'à la paralysie partielle ou le coma.
Actuellement il n'existe pas de traitement pour soigner cette infection, il convient donc d'être particulièrement vigilant quant aux piqûres de moustiques dans les régions infectées.