La thyroïde est une glande située à la base du cou. Pour traiter l’hypothyroïdie, il faut compenser le déficit d’hormones thyroïdiennes, ce que fait le Levothyrox en apportant un substitut de la thyroxine naturelle. © Photographee.eu, Fotolia

Santé

Thyroïde : cinq remplaçants du Levothyrox bientôt disponibles

ActualitéClassé sous :médecine , levothyrox , thyroïde

La ministre de la Santé vient d'annoncer la mise en vente dès le mois prochain de nouveaux médicaments contre l'hypothyroïdie, qui pourront donc se substituer au Levothyrox.

Les malades de la thyroïde, dont certains ont dénoncé des effets secondaires de la nouvelle version du Levothyrox, disposeront de « cinq médicaments différents » à partir de la « mi-novembre », a indiqué jeudi la ministre de la Santé Agnès Buzyn. « Nous aurons le choix entre cinq molécules différentes, cinq médicaments différents de marques différentes à partir de mi-novembre », a-t-elle précisé sur CNews, sans détailler exactement lesquels.

Face à la colère de patients signalant des effets secondaires d'une nouvelle formule du Levothyrox, la ministre de la Santé avait annoncé le 15 septembre le retour sous quinze jours de l'ancienne formule de ce médicament (baptisée Euthyrox) avant l'arrivée de médicaments alternatifs. Importées d'Allemagne, 190.000 boîtes de 100 comprimés d'Euthyrox en 8 dosages différents ont été acheminées en France. L'Euthyrox est fabriqué par le laboratoire allemand Merck comme le Levothyrox.

Le Levothyrox n'a plus le monopole

« Il reste aujourd'hui 60.000 boîtes » de cette ancienne formule du Levothyrox, a détaillé Agnès Buzyn « mais c'était vraiment pour passer un cap, [...] en attendant que de nouvelles marques soient disponibles ». Un premier médicament alternatif, le L-Thyroxin Henning (laboratoire Sanofi), est disponible depuis lundi. « 220.000 boîtes viennent d'être livrées », a précisé la ministre. « Et une à deux autres marques vont arriver en novembre », a-t-elle ajouté.

Jusqu'à cette crise, le Levothyrox était en situation de quasi-monopole en France. Au total, trois millions de patients prennent ce médicament en France (premier marché mondial) pour soigner l'hypothyroïdie ou après une opération de cancer de la thyroïde.