Santé

Rhume : 22 médicaments aux effets indésirables graves ?

ActualitéClassé sous :médecine , rhume , 22 médicaments

Vingt-deux médicaments vasoconstricteurs utilisés contre le rhume pourraient être à l'origine de cas graves d'effets indésirables sur le système cardiaque. Une enquête est en cours. En attendant, l'Afssaps rappelle quelques recommandations.

Et si les sprays que l'on utilise pour se décongestionner le nez étaient risqués ? Étant des vasoconstricteurs, ils diminuent le diamètre des vaisseaux sanguins et pourraient induire chez des personnes fragiles des pathologies cardiovasculaires. © Anders Adermark, Flickr, cc by nc nd 2.0

Des cas graves d'effets indésirables cardiaques ou neurologiques ont été recensés chez des patients traités par des médicaments contenant des vasoconstricteurs et utilisés dans le traitement symptomatique des rhinites. Autrement dit, il s'agit d'antirhumes. Une enquête de pharmacovigilance concernant 22 médicaments est en cours.

D'une manière générale, la rhinite correspond à une inflammation aiguë ou chronique de la muqueuse des fosses nasales. Lorsqu'elle est due à un virus, on parle plus communément de « rhume ». Cette forme ne doit pas être confondue avec la rhinite allergique (rhume des foins).

Les médicaments concernés par cette mise en garde existent sous deux formes :

  • les spécialités administrées par voie nasale. Elles ne sont délivrées que sur prescription médicale ; 
  • les spécialités administrées par voie orale qui peuvent être délivrées sans prescription médicale. Citons par exemple Actifed rhume, Dolirhume, Humex rhume...

Des effets sur le système circulatoire graves dans 15 cas

Depuis le 1er janvier 2011, « 15 cas graves d'effets indésirables cardiovasculaires (à type d'hypertension artérielle, crise d'angor) ou neurologiques (à type de convulsion, troubles du comportement et accident vasculaire), survenus chez des patients ayant pris une spécialité (voie orale ou nasale) renfermant un vasoconstricteur, ont été enregistrés » rapporte l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). « Dans 25 % des cas, les recommandations présentes dans le résumé du produit n'étaient pas respectées. »

L'Agence française insiste donc sur quelques rappels concernant le bon usage des médicaments renfermant un vasoconstricteur. Et « utilisés pour leurs propriétés décongestionnantes de la sphère ORL » :

  • la posologie maximale journalière ne doit pas être dépassée ; 
  • la durée maximale de traitement ne doit pas excéder 5 jours ; 
  • ces médicaments sont contrindiqués chez l'enfant de moins de 15 ans et en cas notamment d'hypertension artérielle sévère ou mal équilibrée, d'antécédents d'accident vasculaire cérébral (AVC) ou de facteurs de risque susceptibles de favoriser la survenue d'AVC, d'insuffisance coronarienne sévère, d'antécédents de convulsions... ;
  • il est inutile et potentiellement dangereux d'associer deux de ces médicaments (même administrés par des voies différentes).
Le bon vieux mouchoir (à changer souvent) reste une arme arme efficace pour se décongestionner le nez, en attendant que le rhume passe... © Wikipédia, DP

Le rhume se guérit en une semaine 

Toutes ces recommandations et contrindications sont stipulées sur les notices-résumés des caractéristiques du produit (RCP) des spécialités concernées. Sachez qu'il est possible de déclarer un effet indésirable en remplissant un formulaire disponible sur le site de l'Afssaps et à envoyer au Centre régional de pharmacovigilance (CRPV) dont les coordonnées apparaissent au dos du formulaire de déclaration. N'hésitez pas à interroger votre médecin ou votre pharmacien.

Rappelons enfin qu'un rhume guérit spontanément. La plupart du temps en l'espace d'une semaine ! En 2008, les rédacteurs de la revue Prescrire insistaient « sur une hygiène optimale du visage et des mains par un lavage fréquent à l'eau et au savon. Boire de l'eau régulièrement permet également de conserver une bonne hydratation du corps et des sécrétions, notamment chez les enfants ».

Dans un Questions-Réponses destiné aux patients, l'Afssaps ajoute quelques conseils pour améliorer votre confort : 

  • humidifiez la muqueuse nasale avec des solutions de lavage adaptées (sérum physiologique, sprays d'eau thermale ou d'eau de mer) ; 
  • évitez de fumer ou de respirer la fumée des autres ; 
  • dormez la tête surélevée ; 
  • évitez les climatiseurs qui déshumidifient l'air et assèchent les muqueuses nasales ; 
  • veillez à maintenir une atmosphère fraîche (18-20 °C) et aérez régulièrement les pièces.