Le virus Zika est transmis par la piqûre de certains moustiques. Chez l'adulte, les symptômes (fièvres, maux de tête…) ressemblent à ceux de la dengue ou du chikungunya et sont le plus souvent bénins. Cependant, l'infection de la femme enceinte, à différents moments de la grossesse, peut gravement affecter le développement du fœtus. © nechaevkon, Shutterstock

Santé

Le lien entre le virus Zika et la microcéphalie est confirmé

ActualitéClassé sous :médecine , virus Zika , épidémie de Zika

Chez la femme enceinte, le virus Zika augmente bien le risque d'une microcéphalie chez le fœtus. Des chercheurs de l'Institut Pasteur l'avaient déjà découvert en Polynésie. Des scientifiques américains le confirment à présent.

Apparue au Brésil et étendue à l'Amérique du Sud, l'épidémie de Zika inquiète aujourd'hui les États-Unis. Chez la plupart des personnes infectées par ce flavivirusARN), transmis par un moustique du genre Aedes, la maladie reste bénigne. Toutefois, on a rapidement suspecté qu'elle pouvait conduire à une malformation du système nerveux chez l'enfant à naître. Les cas de microcéphalie ont en effet augmenté au Brésil après le début de l'épidémie. Ce développement insuffisant du cerveau provoque un retard mental irréversible.

Le mois dernier, des chercheurs de l'Institut Pasteur publiaient dans la revue The Lancet les résultats d'une étude menée en Polynésie française, qui indiquait la vraisemblance d'un lien entre l'infection et cette maladie du fœtus. Des médecins américains du CDC (Center for Disease Control and Prevention) parviennent à la même conclusion, publiée dans The New England Journal of Medicine et résumée dans un communiqué du CDC.

En 2015, l'épidémie de Zika au Brésil s'est accompagnée d'une augmentation des cas de microcéphalie. © idé

Le virus Zika s'installe dans les cellules nerveuses

En analysant deux études épidémiologiques, l'une au Brésil et l'autre en Polynésie française, et en adoptant une méthode développée par Thomas Shepard pour repérer les facteurs induisant des cancers, les chercheurs ont pu établir un lien entre l'apparition des infections et les cas de malformations congénitales du système nerveux.

Du côté de la physiologie, comme le rappellent les auteurs, le virus Zika est bien retrouvé dans le cerveau de nouveau-nés atteints de microcéphalie. Des cultures cellulaires ont montré qu'il se développe bien dans le tissu cérébral, en particulier dans les cellules souches des neurones, provoquant leur mort ou un développement anormal.

La nouvelle n'est donc pas une surprise mais incite à intensifier les efforts pour contrer cette épidémie. Le danger ne concerne d'ailleurs pas que les femmes enceintes puisque, en Polynésie, des chercheurs de l'Institut Pasteur viennent de suspecter un lien, chez l'adulte, avec le syndrome de Guillain-Barré, une étude également publiée dans The Lancet.

Cela vous intéressera aussi

Interview : la lutte contre les moustiques est-elle sans fin ?  Avec la venue de l’été, arrivent des visiteurs quelque peu indésirables, ce sont les moustiques. Parfois porteurs de virus, ils peuvent infecter des populations entières et propager des épidémies. L’Institut Pasteur travaille sur des solutions pour enrayer ce fléau, comme on peut le voir au cours de cette vidéo.