Santé

Insuffisance cardiaque : des cellules souches prometteuses

ActualitéClassé sous :médecine , insuffisance cardiaque , infarctus

Un essai de phase 1 avec des cellules souches cardiaques a obtenu des résultats prometteurs dans le traitement de l'insuffisance cardiaque sévère. Ce type de cellules souches n'avait pas encore été testé sur l'Homme.

Les résultats positifs de l'essai de phase 1 avec les cellules souches cardiaques doivent être confirmés par une étude de plus grande ampleur. © Catalin Plesa/shutterstock.com

Le premier essai à base de cellules souches cardiaques adultes a donné des résultats positifs dans le traitement de l'insuffisance cardiaque secondaire à des infarctus, selon les résultats d'un essai préliminaire publiés lundi par la revue médicale britannique The Lancet.

Un an après l'injection de leurs propres cellules, les patients ont eu en moyenne 12 % d'amélioration de leur état, selon les professeurs Roberto Bolli (université de Louisville, Kentucky) et Piero Anversa (Harvard Medical School, Boston) et leurs collègues.

Ce type de cellules n'avait jamais été testé auparavant chez l'Homme, soulignent les auteurs dont l'essai de phase 1 est présenté au congrès de l'American Heart Association organisé à Orlando, en Floride. Des thérapies cellulaires à base de cellules souches adultes de moelle osseuse ont déjà été testées, mais avec des résultats mitigés.

L'essai de phase 1 avec les cellules souches cardiaques a été réalisé avec 23 patients souffrant d'insuffisance cardiaque sévère. © KaYann, Fotolia

Un essai avec des cellules souches cardiaques

Le cœur adulte contient des cellules souches cardiaques capables de se reproduire et de former les trois lignées majeures de cellules cardiaques (myocytes, cellules musculaires lisses et endothéliales).

L'essai a porté sur 23 patients atteints d'insuffisance cardiaque sévère et ayant subi des pontages coronariens. Cette grave insuffisance se traduit par une fraction d'éjection ventriculaire gauche (FEVG) inférieure à 40 %, la normale étant de 50 % ou plus. Seize d'entre eux ont reçu un million de cellules souches cardiaques (CSC), quatre mois en moyenne après leurs pontages et sept autres (groupe contrôle) le traitement standard. Chez 14 patients analysés, la FEVG est passée de 30,3 % avant l'administration des cellules à 38,5 % quatre mois après. Aucun changement n'a été enregistré dans le groupe contrôle.

Les résultats de cet essai « soulèvent un nouvel optimisme », commente le Pr Gerd Heusch (Allemagne) dans Lancet. Mais les promesses de cet essai devront être confirmées sur un plus grand nombre de patients, suivis plus longtemps, avertit ce spécialiste.