Santé

L'imprévisible cancer de la prostate

ActualitéClassé sous :médecine , cancer , prostate

Selon les nouvelles recherches de l'Institut Karolinska (Karolinska Institutet) en Suède, le test utilisé pour prédire si les hommes atteints d'un cancer de la prostate sont susceptibles de développer un cancer mortel s'avère moins fiable que prévu.

Cancer de la prostate

Les hommes souffrant d'un cancer de la prostate localisé ont en général de fortes chances de survivre à la maladie, même s'ils ne sont pas traités. Les recherches antérieures ont semblé établir un lien entre le développement rapide de la tumeur et la vitesse à laquelle les niveaux sanguins de l'ASP (antigène spécifique de la prostate - Prostate-specific Antigen) augmentent au cours des premières étapes de la maladie.

Les chercheurs ont suivi 267 scandinaves souffrant du cancer de la prostate entre 1989 et 1999. Durant les deux premières années suivant le diagnostic, les niveaux d'ASP des patients étaient mesurés régulièrement afin de mettre au point une courbe d'ASP. Les scientifiques ont découvert que, bien que la mesure et le taux d'augmentation de l'ASP soient en corrélation avec le développement agressif du cancer de la prostate, aucune de ces valeurs ne pouvait distinguer les patients devant suivre un traitement intensif de ceux n'en ayant pas besoin.

Ce problème revêt une grande importance dans la mesure où le traitement agressif du cancer de la prostate implique une intervention chirurgicale et de la radiothérapie, et peut augmenter le risque d'incontinence et d'affaiblissement de la fonction sexuelle.

« Nous devons mettre au point des méthodes plus efficaces pour distinguer les patients susceptibles de développer un cancer de la prostate malin de ceux souffrant d'une maladie plus bénigne », déclare Katja Fall, l'auteur principal de l'article. « C'est très important, pas seulement pour éviter les souffrances inutiles mais également afin de s'assurer que les ressources hospitalières soient réservées aux patients en ayant davantage besoin. »

La recherche, mise en oeuvre dans le cadre du Groupe scandinave sur le cancer de la prostate (Scandinavian Prostate Cancer Group), est publiée dans la revue de l'Institut national du cancer (National Cancer Institute).