Santé

Grippe : un nouveau pas vers un vaccin universel !

ActualitéClassé sous :médecine , grippe , vaccin

-

La protéine M2, commune à de nombreuses formes de la grippe, avait déjà été testée pour créer un vaccin mais les résultats avaient été décevants. Des chercheurs coréens viennent pourtant de montrer l'efficacité d'un nouveau vaccin à base de cet antigène chez des souris. Comment ont-ils fait ? Ils l'ont administré sous la langue !

En 2009, 20 millions de Français avaient été en contact avec le virus de la grippe A, 20 % d'entre eux n'auraient cependant pas déclaré de symptômes. © Hitthatswitch, Flickr, cc by nc sa 2.0

Chaque année, les personnes les plus fragiles doivent se protéger contre la grippe saisonnière. À l'heure actuelle, aucun vaccin universel n'est proposé car l'antigène ciblé, l'hémagglutinine, subit fréquemment des mutations. Aussi, le rendez-vous annuel chez le médecin devient une vieille habitude... Qui pourrait se perdre si l'on arrivait à proposer une solution efficace contre toutes les formes de grippe.

Et une nouvelle piste vient d'être découverte par des chercheurs coréens de l'Institut international du vaccin (Ivi), dont les résultats sont publiés sur Plos One. Des études précédentes avaient montré que la protéine M2 (pour matrix protein 2) était très bien conservée dans les différentes formes virales de la grippe A. La piste de cet antigène, déjà testé comme vaccin par injection parentérale, avait été abandonnée faute de résultats prometteurs. Des scientifiques coréens se sont alors demandé si le problème ne provenait pas du mode d'administration.

M2 est efficace uniquement par administration sublinguale

Cette bonne idée les a amenés à montrer que l'antigène M2 était tout à fait adapté pour protéger contre une infection de plusieurs variantes grippales, y compris contre la grippe aviaire ou la grippe A, celle qui a sévi en 2009. Mais cela ne fonctionne bien que si le vaccin est déposé sous la langue. Au-delà de la forte réponse immunitaire induite chez les souris, les défenses se sont particulièrement bien organisées pour protéger les poumons, l'organe ciblé par l'agent infectieux.

L'hémagglutinine, ici représentée dans sa structure moléculaire simplifiée en 3 dimensions, est le fameux H de H5N1 ou H1N1. Cette protéine de surface du virus est l'antigène utilisé actuellement pour les vaccins contre la grippe saisonnière. Bientôt, elle pourrait être remplacée par M2. © US National Institute of Health, Wikipedia, cc by sa 3.0

Peut-être de nouvelles stratégies de vaccinations

« La vaccination sublinguale avec M2 induit une réponse immunitaire dans les poumons des souris alors que le même produit administré par injection parentérale ne le fait pas, commente Man-ki Song, auteur principal de l'étude. C'est probablement pour cette raison que les tentatives précédentes qui portaient sur l'injection de vaccin à base de M2 n'avaient pas fonctionné. » Et d'ajouter : « Cette approche de la vaccination offre de nouvelles stratégies pour prévenir d'une infection de la grippe et pourrait être utilisée pour contrôler des épidémies de grippes potentielles. »

Cette nouvelle suscite l'optimisme dans le monde de la recherche contre la grippe. Si les mêmes effets étaient observés chez l'être humain, la vaccination par administration sublinguale de M2 pourrait s'imposer comme la meilleure solution pour lutter contre une pandémie. Alors que des chercheurs annonçaient il y a quelques jours avoir créé un virus de la grippe aviaire très pathogène, suscitant ainsi la polémique, voilà une voie de recherche plus douce...