Santé

La grippe aviaire devient résistante au Tamiflu !

ActualitéClassé sous :médecine , tamiflu , virus

-

À Hong Kong, des experts viennent de lancer une mise en garde : le virus H5N1 de la grippe aviaire qui a fait son apparition dans le nord du Vietnam cette année a développé une résistance au Tamiflu, nom commercial de l'oseltamivir, un puissant médicament antiviral considéré comme le meilleur moyen de prévenir la propagation de la grippe aviaire dans la population.

Virus de la grippe aviaire

En Europe la Commission européenne a fait savoir que ses experts ont confirmé la découverte d'une souche du virus de la grippe aviaire dans des échantillons prélevés sur un canard et un poulet roumains. Il s'agit du premier cas signalé en Europe. Elle va donc interdire l'importation de volailles roumaines.

Pour le docteur William Chui, maître de conférences à l'hôpital Queen Mary de Hong Kong, les autorités sanitaires ne peuvent plus compter sur le Tamiflu. "Face au développement actuel de souches H5N1 résistantes, nous ne pouvons nous permettre de tout miser sur un seul médicament", informe Reuters. M. Chui a également signalé l'émergence d'une résistance virale générale au Tamiflu au Japon, où les médecins prescrivent couramment ce médicament pour lutter contre la grippe humaine commune.

Les experts en santé publique ont vivement recommandé aux fabricants de médicaments de produire des versions plus efficaces du Relenza (zanamivir), un antiviral alternatif également connu pour être efficace sur le très redouté virus H5N1. Le Relenza doit être pris par inhalation. "Les fabricants devraient penser à produire une forme injectable du Relenza car la résistance au Tamiflu a été constatée au Japon et au Vietnam" a déclaré M.Chui. "De fortes doses peuvent être administrées en injection, lorsque cela s'avère nécessaire, et la rapidité d'action est alors nettement accrue".

Une étude indépendante japonaise, menée à petite échelle et publiée an août dernier, émettait déjà l'hypothèse d'une résistance des virus de la grippe au Tamiflu, résistance qui pourrait être plus répandue que prévu. Selon cette étude, 18 pour cent des enfants malades souffraient d'une grippe résistant au Tamiflu, a déclaré le chercheur en chef M. Yoshihiro Kawaoka, professeur de virologie, microbiologie et immunologie à l'université de Tokyo.

Selon un porte-parole du fabricant suisse Roche Holdings AG, leurs propres recherches ont révélé une résistance nettement moindre tant chez les enfants que chez les adultes. Roche souligne également que l'étude japonaise incluait plusieurs enfants âgés de moins d'un an (le Tamiflu n'est pas autorisé pour cette tranche d'âge), et que les patients japonais "pouvaient ne pas avoir reçu une dose adéquate de Tamiflu".

Deux autres rapports publiés récemment dans la revue médicale The Lancet confirment également la progression, à l'échelle de la planète, de la résistance aux médicaments anti-grippaux. Dans des endroits tels que la Chine, la résistance au médicament dépasse les 70 pour cent, ce qui laisse à penser que des médicaments tels que l'amantadine et la rimantadine ne seront probablement plus efficaces ni en traitement ni à titre préventif, peut-on lire dans The Times.

Le constat de la progression des virus vers l'Europe a amené l'UE à constituer des stocks de médicaments antiviraux. Le Tamiflu était stocké par les pays dans le cadre de "stratégies de capacités de réaction". Toutefois, le Royaume-Uni estime aujourd'hui que la vitesse de mutation du virus de la grippe ne permet pas de déterminer la médication la plus efficace avant le déclenchement d'une pandémie. Le Tamiflu reste toutefois une option efficace. Sur BBC Radio, M. Liam Donaldson, directeur général de la Santé pour la Grande-Bretagne, a déclaré que les plans de secours pour le pays n'avaient pas été modifiés.

Le gouvernement fédéral australien a lui aussi stocké quelque quatre millions de doses de Tamiflu, préféré au Relenza, le médicament antiviral alternatif, sur la base de conseils médicaux. Le gouvernement fédéral américain a stocké du Tamiflu pour un million de personnes.

La Finlande a informé les laboratoires pharmaceutiques européens qu'elle souhaitait acquérir 5,2 millions de doses d'un vaccin contre le virus mortel de la grippe aviaire afin d'être en mesure de protéger l'ensemble de sa population. Le gouvernement finlandais a demandé au parlement de libérer 21 millions d'euros pour l'achat de stocks de vaccin. Bien que la volonté de la Finlande soit de stocker suffisamment de vaccins pour protéger tous ses citoyens, les autorités n'envisagent pas de lancer de campagnes de vaccination avant qu'une épidémie n'ait été déclarée. La Finlande a connu le mois dernier sa première alerte à la grippe aviaire, lorsque des goélands ont montré des signes de contamination par le virus. La souche incriminée s'est révélée par la suite être inoffensive pour l'homme.

Les craintes que la souche la plus récente de la grippe aviaire puisse déclencher une nouvelle pandémie sont réelles en dépit du fait qu'il n'y a aucune preuve de la transmission d'homme à homme de la souche H5N1 de la grippe aviaire. À ce jour, le virus s'est essentiellement transmis à des personnes qui étaient en contact étroit avec les animaux infectés. Mais le virus doit rester sous contrôle permanent afin de déterminer si des changements génétiques pourraient le rendre plus mortel et accélérer sa propagation.

Ces dernières semaines, plusieurs pays ont mis leurs efforts en commun pour coordonner les préparatifs. Les États-Unis ont annoncé un nouveau partenariat international sur la grippe aviaire et pandémique lors d'un sommet mondial qui s'est tenu à New York. Les 7 et 8 novembre, l'Organisation mondiale de la santé organisera une réunion de toutes les parties prenantes afin de coordonner les financements requis.