Santé

Clonage : l'industrie du lait fait la fine bouche

ActualitéClassé sous :médecine , clonage , vache génétiquement modifiée

Le mois dernier, la Fédération nationale des producteurs de lait américaine a apporté un soutien inattendu aux opposants de la mise sur le marché de produits laitiers issus de vaches clonées.

Clonage : l'industrie du lait fait la fine bouche

L'organisme a déclaré ne pas soutenir une telle commercialisation, du moins pour le moment, le temps que la Food and Drug Administration détermine avec certitude s'il existe ou non des différences entre clones et animaux conventionnels. Or justement, la FDA n'a pas l'air pressée de se prononcer.

En 2003, l'agence a publié un document affirmant que les bêtes clonées étaient probablement aussi sûres que les autres ; dans le même temps, elle a pourtant demandé aux éleveurs de ne pas distribuer les produits issus de ces animaux avant une décision définitive. Le clonage d'une vache reste coûteux (de l'ordre de 20000 dollars), trop pour juste en vendre la viande, et le seul moyen de rentabiliser l'opération passe donc par le lait.

Du coup, la prise de position du lobby du lait, pour qui la vraie motivation serait finalement d'imposer la technologie et non de répondre à ses besoins, ajoutée aux hésitations de la FDA, n'encourage guère l'investissement dans le secteur. Certains, comme la compagnie de biotechnologie Infigen (Wisconsin) qui a cessé son activité de clonage l'an dernier, pensent même que la technique ne sera jamais réellement utilisée dans le cadre de l'élevage de bétail.

Dans une étude de l'International Food Information Council publiée en mars, 63% des consommateurs interrogés avaient par ailleurs déclaré ne pas être prêts à acheter de la nourriture issue d'animaux clonés, même dans le cas d'une approbation de la part de la FDA, et un sondage Gallup avait montré en 2002 que les Américains étaient à 66% moralement opposés au clonage des animaux.

Cependant, selon les auteurs de l'étude, cette prévention devrait tendre à disparaître au fur et à mesure que l'on informera les consommateurs...