Santé

Des chauves-souris réservoir du virus Ebola

ActualitéClassé sous :médecine , virus Ebola , fièvre hémorragique

Des chercheurs de l'IRD ont, pour la première fois, identifié des chauves-souris comme réservoir naturel potentiel du virus Ebola. Depuis 2001, plusieurs épidémies foudroyantes de fièvre hémorragique, touchant simultanément les hommes et les primates, se sont produites en République du Congo et au Gabon. Si l'on savait que le virus se transmettait des grands singes vers l'homme, on ne connaissait ni le réservoir naturel ni le mode de transmission du virus aux grands singes.

Des chauves-souris réservoir du virus Ebola

Des scientifiques de l'IRD et du CIRMF publient ce mois-ci dans la revue Nature une étude sur des petits vertébrés capturés près de carcasses de primates infectés. Ils ont, d'une part, détecté des anticorps spécifiques du virus Ebola dans le sérum de trois espèces de chauves-souris frugivores tropicales et ont, d'autre part, mis en évidence des fragments du génome viral dans le foie et la rate de ces vertébrés. Selon des observations, les grands singes se contamineraient directement par contact avec ces chauves-souris. Ces résultats constituent un élément essentiel dans la compréhension du cycle du virus dans son milieu naturel et peuvent être déterminants dans la prévention des épidémies humaines du virus Ebola.

Le virus Ebola (famille des Filoviridae), identifié pour la première fois en 1976 en République Démocratique du Congo (ex-Zaïre), est à l'origine de plusieurs épidémies mortelles en Afrique centrale. Il existe quatre sous-types de ce virus dont trois sévissent surl e continent africain. Le sous-type zaïre, sous type le plus dangereux pour l'homme, est responsable des huit épidémies ayant touché le Gabon et la République du Congo depuis 1995. L'infection par ce sous-type se manifeste chez l'homme par une fièvre hémorragique qui entraîne la mort en quelques jours dans 80 %des cas. Depuis 1976, quatorze épidémies d'Ebola, dont dix dues au virus de sous-type zaïre, se sont succédé en Afrique, provoquant environ 1850 cas dont 1300 morts. Le virus se transmet à l'homme notamment par contact direct avec des carcasses de primates infectés.

Si ces animaux sont à l'origine de l'infection humaine, ils ne sont pas le réservoir du virus. Les grands singes développent la maladie et décèdent en quelques jours après avoir été, eux-mêmes, contaminés au contact du réservoir. De nombreuses études, effectuées depuis 1976 afin d'identifier ce réservoir, se sont toutes soldées par un échec.

Aujourd'hui, Eric Leroy de l'IRD au Gabon et ses collaborateurs du CIRMF publient les résultats de leurs études effectuées entre 2001et 2003 dans la région frontalière du Gabon et de la République du Congo : ils ont identifié des chauves-souris tropicales comme étant unréservoir potentiel du virus.

Les épidémies humaines apparues depuis 2001 ont été liées à des flambées virales concomitantes chez plusieurs espèces animales dont les chimpanzés, lesgorilles et les antilopes. Pendant ces épisodes épidémiques, es chercheurs ont capturé environ mille petits vertébrés sains (rongeurs, musaraignes, chauves-souris, oiseaux et écureuils) aux alentours de carcasses de primates infectés. Ils ont ensuite procédé à de multiples analyses : recherche d'anticorps spécifiques du virus Ebola dans le sérum, recherche de fragments du génome viral dans certains organes, isolement du virus sur des lignées cellulaires sensibles, immuno histochimie sur coupes d'organes. Ils ont ainsi détecté des anticorps spécifiques du sous-type zaïre dans le sérum de trois espèces de chauves-souris : hypsignasthus monstrosusEpomops franqueti et Myonycteris torquata. Par ailleurs, les résultats ont mis en évidence la présencede séquences d'ARN viral dans le foie et la rate de ces mêmes animaux. Ceci montre donc que ces chauves-souris sont porteuses du virus Ebola sans être malades, ce qui les désigne comme un réservoir naturel potentiel du virus Ebola.

Par ailleurs, des observations épidémiologiques ont montré que le pic de mortalité chez les grands singes se situerait lors de la saison sèche, période pendant laquelle les ressources alimentaires s'appauvrissent considérablement. Les chauves-souris et les primates entreraient alors en compétition pour se nourrir, ce qui occasionnerait des rapprochements et contacts plus fréquents. Or, la saison sèche est aussi une phase de mise bas pour les chauves-souris. Sous l'effet de plusieurs facteurs (carence alimentaire, compétition entre mâles et parturition), le niveau et la nature des réponses immunitaires chez ces dernières changent vraisemblablement de manière significative pendant cette période.

Ce phénomène aurait pour conséquence une reprise de la réplication virale, voire l'apparition de virus infectieux dans le sang de ces animaux. La contamination des grands singes se ferait lorsque les deux espèces se concentrent pour consommer les fruits d'un même arbre, par contact direct avec le sang et les liquides placentaires des chauves-souris échappés lors de la mise bas.

Différentes études sont en cours afin d'une part d'isoler le virus dans ces tissus et d'autre part de confirmer les modalités de contamination décrites ci-dessus. Ces résultats apportent un éclairage nouveau sur la nature épisodique des épidémies chez les primates et les hommes. De plus, une meilleure connaissance de la répartition écologique de ces espèces de chauves-souris pourrait permettre de développer des stratégie préventives afin de protéger les primates du virus Ebola. Par ailleurs, les chauves-souris, particulièrement Hypsignathus monstrosus, sont fréquemment capturées puis consommées par les populations des régions épidémiques. Par conséquent, des programmes de sensibilisation et un apport de nourriture nécessaire aux besoins des villages isolés pendant la saison sèche devraient contribuer à empêcher une éventuelle transmission du virus Ebola de la chauve-souris à l'Homme.