Santé

Pourquoi certains prennent-ils des risques et d’autres non ?

ActualitéClassé sous :médecine , biologie , Homme

Après un cuisant échec, on peut hésiter à se lancer dans une aventure périlleuse. De manière inattendue, c'est aussi le cas après un succès inespéré. Une étude révèle en effet que globalement, confrontés à une situation imprévue, nous sommes moins enclins à prendre des risques inconsidérés.

Les jeux d'argent sont parfois l'occasion de grosses prises de risques. Par exemple, il y a statistiquement une chance sur 37 de tirer le bon numéro à la roulette, soit 2,07 % de probabilité de gagner. Cela n'empêche pas certains de jouer le tout pour le tout... © jrease, xtremecamera.com, cc by nc nd 2.5

Pourquoi certains sont-ils prêts à tout quitter pour s'engager dans une nouvelle carrière, partir à l'aventure ou miser tout leur argent sur un jeu de hasard tandis que d'autres se complaisent dans le calme et la continuité ? La réponse pourrait provenir des événements imprévus vécus dans le passé.

D'après une recherche publiée dans le journal Emotion, les personnes ayant récemment connu des surprises, aussi bien bonnes que mauvaises, font preuve de davantage de prudence que les autres. Une découverte intéressante, car si on savait qu'un échec inattendu calmait nos ardeurs, de précédentes études montraient qu'un succès nous poussait à prendre des risques plus importants.

Pour Heath Demaree, de la Case Western Reserve University, derrière cette étude, il n'y a rien de surprenant. « On sait que face à un événement inattendu, un animal stoppe son action, s'immobilise et regarde vers le stimulus surprenant pour remettre à jour ses connaissances sur la façon dont le monde fonctionne, commente le psychologue. Notre travail montre qu'une situation impromptue pousse également les gens à réduire leur prise de risque. »

Parfois, notre cerveau est obnubilé par les gains à faire et se prépare à prendre des risques. Mais après un succès heureux ou un échec cuisant, on devient moins prompt à repartir à l'aventure. © Dawnbal1, StockFreeImages.com

La surprise ou l’aversion de la prise de risque

L'idée de départ des scientifiques était de comprendre en quoi l'état émotionnel permettait de prédire sa prise de risques. Pour trouver la réponse, ils ont donné 50 dollars fictifs à des volontaires de manière à leur octroyer 25 tentatives pour jouer à un ou deux des trois jeux vidéo concoctés. L'un d'entre eux était gagnant dans seulement 13 % des cas mais proposait de grosses sommes d'argent en cas de succès. Le deuxième n'était rentable que 50 % du temps tandis que le dernier était vainqueur 87 fois sur cent mais n'apportait que de petites sommes tandis qu'il pouvait faire perdre beaucoup. Globalement, les jeux étaient équilibrés.

Les participants, très motivés même si l'argent n'était pas réel, étaient séparés en deux groupes. Dans le premier, 59 volontaires testaient le jeu avec la plus faible probabilité de succès et avaient parfois la bonne surprise de gagner le jackpot. Dans le second, les 85 membres s'exerçaient sur les deux autres jeux et devaient subir de lourds échecs inattendus.

Après chacune de leurs tentatives, les candidats devaient répondre à un questionnaire dans lequel ils devaient mentionner leur état émotionnel, leur humeur et leur volonté de prendre des risques. Aussi bien après les lourdes pertes qu'après avoir décroché la mise, les participants ont alors déclaré préférer jouer la carte de la prudence. Conclusion : c'est bien la survenue d'événements surprenants qui tempère le goût de l'aventure...