Santé

Cancer du sein : une hausse de 260 % de nouveaux cas depuis 1980

ActualitéClassé sous :médecine , cancer du sein , cancer

À partir des registres du cancer, des chercheurs ont évalué l'augmentation des cas de cancers du sein comparés à 1980 et ont annoncé une hausse de 260 %. Malgré des décès moins nombreux en proportion, grâce au dépistage, l'incidence du cancer du sein augmente toujours.

L'incidence du cancer du sein représente un taux annuel mondial de 3,1 %. © Rudyanto Wijaya/shutterstock.com

Le nombre des cancers du sein a connu une forte hausse en trente ans, avec une estimation de 640.000 nouveaux cas en 1980 et de 1,6 million en 2010 (+260 %), dont la moitié dans des pays en voie de développement, selon une étude publiée en ligne par la revue britannique The Lancet.

L'incidence du cancer du sein a augmenté dans toutes les régions du monde à un taux annuel de 3,1 %, avec deux fois plus de cas chez les femmes de 15-49 ans des pays en développement que chez celles des pays développés. La hausse des décès a été plus lente (1,8 % par an) que celle des cas, passant de 250.000 en 1980 à 425.000 en 2010, dont 68.000 femmes de 15 à 49 ans dans les pays en développement.

En 2010, on a compté 1,6 million de nouveaux cas du cancer du sein dans le monde. © DR

Cancer du sein : pourquoi tant de nouveaux cas ?

Au cours de la même période, l'incidence du cancer du col de l'utérus a aussi augmenté, mais à un rythme nettement moindre (+0,6 % par an). Il y avait 378.000 nouveaux cas en 1980, et 425.000 en 2010, dont 76 % dans les pays en développement. Cette année-là, 200.000 femmes en sont mortes, soit une hausse annuelle du nombre des décès de 0,46 %. Dans les pays en développement, 46.000 femmes en sont mortes.

Les chercheurs relèvent que ces hausses du nombre des cas s'expliquent notamment par la démographie et par le vieillissement de la population. Quant à l'augmentation moindre du nombre des décès, elle pourrait s'expliquer par l'extension du dépistage dans les pays en développement.

Ils insistent sur la fiabilité particulière de leurs données. C'est la première fois en effet qu'une étude mondiale utilise des registres du cancer (plus de 300 pour cette étude) et des données sur les causes de décès, dans 187 pays, pour générer leurs estimations. Jusqu'à maintenant, les estimations mondiales sur les cancers du sein et du col de l'utérus utilisaient jusqu'à 26 combinaisons de méthodes différentes.